Timide tentative de rapprochement entre le Rwanda et la Tanzanie

Les relations entre le Rwanda et la Tanzanie doivent s’améliorer. C’est en substance le message qu'a souhaité faire passer ce jeudi 8 août la ministre des Affaires étrangères rwandaise Louise Mushikiwabo. Des paroles d’apaisement alors que la tension entre les deux pays est à son paroxysme depuis que le président tanzanien Jakaya Kikwete a proposé, en mai dernier, que le Rwanda négocie avec ses ennemis des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), considérés par Kigali comme d’anciens génocidaires.



La ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo. AFP PHOTO / JUNIOR D.KANNAH
La ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo. AFP PHOTO / JUNIOR D.KANNAH

La proposition de Kikwete avait été faite lors d’une réunion à huis clos au sommet de l’Union africaine sur la crise dans l’est du Congo le 26 mai, à Addis-Abeba. Elle avait alors fait bondir la ministre des Affaires étrangères rwandaise.

Mais depuis, Louise Mushikiwabo semble vouloir apaiser les tensions, et ce jeudi, elle a souhaité mettre fin à l’escalade verbale entre le Rwanda et la Tanzanie.

« Une relation que nous espérons être bonne »

« La relation entre le Rwanda et la Tanzanie, ou avec n’importe lequel de ses voisins, est une relation que nous espérons être bonne. (…) Donc quelles que soient les tensions ou les différents aspects conflictuels entre nos deux pays, ils doivent être résolus. Il n’y a pas de question là dessus. »Si l’on est loin des propos très durs tenus par la ministre rwandaise en mai dernier - après que le président Kikwete avait proposé que le Rwanda négocie avec les FDLR -, Louise Mushikiwabo a toutefois tenu à rappeler que la position du Rwanda à ce sujet ne changeait pas.

« Ceci est un affront pour nous tous »

« N’importe qui, pensant qu’une force ayant commis le génocide au Rwanda est une force avec laquelle on peut  parler, rencontrera la même réaction que celle que l’on a déjà vu de la part du Rwanda (…) Honnêtement, nous attendons de ceux - et pas seulement de nos voisins - qui comprennent ce que signifie un génocide, de comprendre que ceci est un affront pour nous tous. »

Il y a près d’une semaine, le président tanzanien avait lui aussi estimé que la relation entre les deux pays traversait des « moments difficiles », évoquant même de supposés plans ourdis par le Rwanda contre lui. Il avait néanmoins souligné sa volonté personnelle d’avoir de bonnes relations avec son voisin.

Source :Rfi.fr


Dépéche

Vendredi 9 Août 2013 - 09:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter