Togo: la Cédéao propose un report de la présidentielle de 10 jours

La Cédéao a proposé, mardi 24 mars, que le scrutin présidentiel prévu initialement le 15 avril soit reporté au 25 de ce même mois. A quelques jours de l'ouverture de la campagne de l’élection présidentielle au Togo, beaucoup de points restent à éclaircir. Le président de la Cédéao, le Ghanéen John Dramani Mahama après avoir écouté tous les protagonistes en lice pour la prochaine présidentielle, a proposé un report pour permettre un scrutin accepté de tous.



Arrivé à Lomé dans la matinée de mardi, John Dramani Mahama, président en exercice de la Cédéao  a reçu tous les candidats et la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Chacun d'eux a exprimé sa préoccupation, d'abord Jean-Pierre Fabre du Combat pour l'alternance politique en 2015 : « Il faut que la transparence des élections soit au rendez-vous. Nous n’accepterons pas des élections qui ne soient pas transparentes. »

Puis, le professeur Aimé Gogué de l'Alliance pour la démocratie et le développement intégral : « Nous avons quand même regretté qu’ils n’aient pas pu intervenir à temps pour que les réformes aient lieu avant les élections. Ensuite, nous avons parlé du processus de transparence électoral. » Suivi du candidat Tchassona Traoré Mohamed du Mouvement citoyen pour la démocratie qui espère « qu’on puisse avoir un processus crédible. » Le plus jeune des candidats, l'ancien officier de l'armée togolaise soutenu par son parti, le Nouvel engagement togolais, Gerry Taama est mécontent : « Il y a deux poids deux mesures, il y a des candidats que l’on prend au sérieux apparemment et d’autres candidats que l’on ne prend pas au sérieux. »

La Céni, qui a aussi rencontré le président en exercice de la Cédéao, a répondu aux questions de l'hôte ghanéen et promis d'organiser des élections équitables. Pour répondre aux nombreuses préoccupations relevées par les candidats, John Dramani Mahama au nom de l'institution sous régionale, a proposé un report de l’élection de dix jours afin que le fichier électoral soit épluché et que chaque candidat puisse faire sa contestation.


RFI.FR

Mercredi 25 Mars 2015 - 10:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter