Togo: manifestations de masse pour limiter les mandats présidentiels

Les Togolais sont descendus une nouvelle fois dans la rue ce vendredi 12 décembre, à l'appel de la société civile, et de l'opposition. Comme lors de la précédente manifestation, le 28 novembre, ils ont exigé des réformes constitutionnelles : la limitation à 2 mandats présidentiels, et un scrutin présidentiel à deux tours. Ils ont aussi lancé un appel à la communauté internationale.



Pas de troisième mandat pour Faure, pouvait-on lire sur les banderoles, lors des manifestations de ce vendredi 12 décembre, qui se sont déroulées dans cinq villes du pays. REUTERS/Noel Kokou Tadegnon
Pas de troisième mandat pour Faure, pouvait-on lire sur les banderoles, lors des manifestations de ce vendredi 12 décembre, qui se sont déroulées dans cinq villes du pays. REUTERS/Noel Kokou Tadegnon

Habillés de rouge pour montrer qu'il y a danger, ou portant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Non à la monarchie !», ou « Des réformes avant tout ! », les Togolais ont répondu en masse à l'appel de la société civile ce vendredi dans cinq villes du pays. Leurs priorités, c'est toujours le verrouillage du nombre de mandat aujourd'hui illimité pour le chef de l'Etat, et l'instauration d'une présidentielle à deux tours.

La préservation de la paix sociale passe par le respect de la volonté populaire, ont rappelé les organisateurs qui dénoncent l'immobilisme du gouvernement. Pour sortir de la crise politique il faut des réformes et uniquement des réformes, martèle une des participantes, Isabelle Ameganvi deuxième vice-présidente de l'ANC, le principal parti de l'opposition. « le seul slogan qu’il y a eu aujourd’hui, c’est : les réformes tout de suite ! les réformes tout de suite ! Avant les élections présidentielles, insiste-t-elle, n’hésitant pas à faire une comparaison avec l'actualité récente d'un pays voisin. La liberté des Burkinabè est passée avec des immeubles cassés, des incendies, beaucoup de violences. Nous, nous voulons, au Togo, faire l’économie de cela. »

Les organisateurs demandent aussi à la communauté internationale et en particulier à l'Union européenne et aux Etats-Unis, de faire pression sur les autorités, pour qu'elles respectent leur engagement à mener des réformes. Ils appellent aussi à la mobilisation et annoncent prochainement une nouvelle manifestation à Sokodé la troisième ville du pays.


Rfi.fr

Samedi 13 Décembre 2014 - 10:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter