Togo: un après-midi au siège du Parti national panafricain

Au Togo, les opposants préparent déjà les nouvelles manifestations prévues la semaine prochaine. Le gouvernement a proposé une loi prévoyant une limite du nombre de mandats présidentiels et un scrutin à deux tours mais l'opposition réclame plus. Elle prévoit de manifester jusqu'à ce qu'elle ait obtenu un retour à la Constitution de 1992, c'est-à-dire des réformes institutionnelles plus vastes. RFI s’est rendue au siège du Parti national panafricain (PNP) qui a remis cette question sur le devant de la scène.



Ce samedi, des centaines de personnes étaient rassemblées dans ce quartier excentré de la capitale. Le PNP poursuit son travail de terrain. Depuis la création du parti, il organise des réunions chaque semaine.
 
« Nos dirigeants nous forment par rapport à la gestion de ce pays. Lorsqu’on parle de budget, qu’est-ce que c’est ? Lorsqu’on parle de citoyens, qu’est-ce qu’un citoyen doit faire ? Comment est géré cet Etat ? Nos dirigeants nous forment sur les thématiques de la gouvernance », nous explique cette militante.
 
Ces réunions sont aussi l'occasion, pour le parti, d'attirer de nouveaux adhérents. Dans une petite cour, juste à côté du rassemblement, une  table est installée pour accueillir les futurs militants.
 
« Pour avoir la carte, il faut des photos, la photocopie de la carte d’identité et… 5 000 Francs. Nous avons compté, aujourd’hui, 55 personnes, pour le moment », précise un autre militant.
 
Une cinquantaine de nouveaux militants pour un parti qui revendique 10 000 adhérents, au jour d’aujourd’hui. Le seul grand absent, c'est le leader Tikpi Atchadam. Il n'est pas apparu en public depuis la dernière grande manifestation, il y a dix jours.
 

Rfi.fr

Dimanche 17 Septembre 2017 - 14:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter