Toujours divisée : l’opposition sollicite l’arbitrage d’Abdoulaye Daouda Diallo.

L’opposition décide de se tourner vers l’arbitrage du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique. En effet, face à leur divergence sur le choix des plénipotentiaires devant les représenter lors des discussions sur le processus électoral, ses deux pôles qui ne veulent pas céder ont décidé de laisser le soin à Abdoulaye Daouda Diallo de trancher.



Malgré la décision du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique d’élargir le nombre de plénipotentiaires de 10 à 15 pour les coalitions, l’opposition ne parvient toujours pas à tomber d’accord ceux qui devraient la représenter. Ce qui fait que les discussions risquent encore d’être retardées, après un premier report causé par ce même problème.

En effet, après la rencontre entre le pôle qui se considère comme majoritaire au sein de l’opposition le camp d’en face, incarné par Malick Gackou, Pape Diop, Idrissa Seck, Oumar Sarr, entre autres l’opposition qui se dit la plus représentative a reçu un niet catégorique de l’Entente des forces de l’opposition (Efop), sous la houlette de Souleymane Ndéné Ndiaye, Modou Diagne Fada, Aliou Sow… sur le nombre de représentants que doit avoir chaque parti.

Oumar Sarr et Cie, qui considèrent qu’étant plus représentatifs devraient s’octroyer la part du lion, n’ont pas eu gain de cause car l’Efop soutient qu’étant au nombre de 15, la répartition devait se faire équitablement ; d’autant plus que le ministre de l’Intérieur avait décidé d’élargir le nombre de plénipotentiaire pour chaque parti de 10 à 15 personnes.

Ousmane Demba Kane

Jeudi 16 Juin 2016 - 09:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter