Tout va mal à l’APR-Entre altercations et intervention de la police : Me Youm note, Abdou Mbow menace, Daouda Dia en sapeur pompier

Chaude actualité dans la case du président Sall. Les nerfs ont été des plus tendus au niveau de l’Alliance Pour la République (APR), ce week-end. Entre altercations, heurts, la police a même du intervenir dans le département de Mbacké où les camps d’Oumar Ndiaye Angloma et Moustapha Cissé LO se sont frottés. En déplacement dans le sud du pays notamment à Ziguinchor pour tenter de sauver les meubles, le ministre de la Décentralisation et des Collectivités locales, Me Oumar Youm reconnait les démons de la Division. A Saint-Louis, le premier questeur de l’Assemblée nationale, Daouda Dia s’est transformé en sapeur pompier. A Diourbel, Abdou Mbow n’y est pas allé de main morte pour menacer responsables et militants. La réunion convoquée par la Direction nationale de l’APR pour désigner un chef du parti dans ladite localité, s’est terminée en queue de poisson.



Dans le département de Mbacké, n’eût été l’intervention des éléments du commissariat de police, la réunion d’information que devait présider le commissaire politique, Boubacar SY mandaté par le Directoire de l’APR, allait tourner au vinaigre. Les partisans d’Oumar Ndiaye Angloma se sont vigoureusement opposés à ceux de Moustapha Cissé LO qui avait quitté Touba pour présider ladite réunion. Les partisans du 2ème vice-président de l’Assemblée nationale ont été contraints de rebrousser chemin pour organisation leur manifestation à Touba.


Une situation qui a poussé le commissaire politique à couper la poire en deux (2) en supervisant les deux manifestations. Ce, au moment où le ministre des Collectivités Locales et de la Décentralisation, Me Youm  et non moins superviseur de l’APR pour le département de Ziguinchor (Sud), a relevé la "division" au sein du parti présidentiel due selon lui à un "problème d'incompréhension" qu'il faut transformer en "opportunité" pour gagner les prochaines élections locales au niveau départemental.


« Nous avons une très grande force politique. Nous avons une grosse organisation. Nous avons une grande machine, mais nous avons une faiblesse. Elle est seule et unique. Je ne devrais même pas parler de division, mais d'un problème d’incompréhension. Il y a des difficultés dans la communication" de la section APR de Ziguinchor, a dit M. Youm qui s'exprimait lors d'un meeting organisé par Doudou KA, l'un des responsables locaux de l’APR et président du mouvement "And Taxawal Yokkute" en guerre pour le fauteuil de maire de Ziguinchor contre le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et des Valeurs civiques, Benoît Sambou.
A Kolda, la réunion convoquée par la Direction nationale de l’Alliance Pour la République (APR) s’est terminée sans qu’un responsable ne soit désigné chef du parti pour la région du sud. Les leaders des camps impliqués dans cette rivalité interne du parti ne sont pas parvenus à accorder leurs violons.  


Superviseur de l’APR à Diourbel, Abdou Mbow souligne pour sa part la nécessité pour le parti présidentiel de trouver avec les autres partis de Benno Bokk Yaakaar (BBY) des accords, en ce qui concerne les investitures. Ce, avant le 9 mars prochain. « Si au 31 mars, vous ne vous entendez pas, le parti prendra ses responsabilités » a-t-il servi aux militants lors de l’Assemblée générale de ce samedi à Diourbel en prélude des prochaines locales de juin 2014.


N’étant pas en reste, la région de Saint-Louis a été le théâtre de la tension de la formation du président Sall. Les nerfs à vif des élus locaux et militants des quatre (4) zones de la communauté rurale, Gandon dont les débats ont été très houleux entre les militants dits authentiques et ceux qui taxent de transhumants Mary Teuw Niane, Mansour Faye et Alioune Badara Cissé, a obligé Daouda Dia en tournée de réconciliation et de remobilisation dans ladite région de prendre, de jouer les sapeurs pompiers. « Le parti, ce ne sont pas les mouvances qui le font fonctionner. Nous vous invitons à vous regrouper constamment et à travailler ensemble » argue ce dernier qui invite par ailleurs les anciens militants à accueillir les nouveaux. 


Lundi 17 Février 2014 - 11:49




1.Posté par pacopati le 17/02/2014 22:55
La violence : quelque soit sa forme ne peut etre que l'argumentation de gens depourvus de bon sens.Messieurs les politiques soyons serieux nous n'avons pas besoin de barbares pour gérer les affaires de ce pays.faites preuves d'intelligence et de sereinite par respect au peuple souverain.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter