«Toute volonté de mise au pas du mouvement enseignant est d’emblée vouée à l’échec», (MAT/LJ)



«Dans ce contexte particulier où le gouvernement ne cesse de poser des actes qui remettent en cause gravement l’exercice du droit de grève», le Mouvement Alter générationnel pour le Travail/Liggéy-Jubal condamne «avec la plus grande fermeté les mesures illégales qu’il a mises en branle pour briser l’élan de mobilisation des enseignants sous la bannière du Grand Cadre et du CUSEMS». A cet effet, le MAT/LJ tient à rappeler, «pour que nul n’en ignore, que toute volonté de mise au pas du mouvement enseignant est d’emblée vouée à l’échec».

«La seule façon de ramener la paix dans le système éducatif et de stabiliser durablement l’école publique réside dans la prise en charge des préoccupations légitimes des enseignants. Si notre école a pu tenir jusqu’ici, malgré la rareté des moyens, la dégradation continue des conditions des enseignements/apprentissages, l’absence de supports pédagogiques et didactiques, l’insuffisance des infrastructures physiques, les effectifs pléthoriques, nous le devons sans conteste au dévouement, à l’esprit de sacrifice et au savoir-faire de nos vaillants enseignants, ces bâtisseurs d’hommes et de femmes dont la qualité essentielle est la générosité », scande le Secrétaire Général National. Mbaye Fall Leye d’ajouter que «bien que jetés en pâture à l’opinion par les pouvoirs publics et, de tout temps, oubliés dans la répartition des ressources nationales, leur (enseignants) engagement a permis à notre école de maintenir le cap pour ne pas sombrer dans la déliquescence».

C’est pourquoi le MAT/LJ se désole «des dernières mesures prises par le Gouvernement pour contraindre les enseignants à lever leur mot d’ordre de grève: ponctions de salaire et réquisitions qui, incontestablement, conduisent à envenimer la situation».

Le MAT/LJ interpelle «le Gouvernement pour que les accords soient mis en œuvre immédiatement et que soient faites des propositions concrètes avec un échéancier clair pour les nouvelles revendications». «Nous sommes convaincus que notre pays a plus que les moyens pour satisfaire l’essentiel des revendications; malheureusement, il se pose un manque de volonté politique. En définitive, le Gouvernement à l'obligation de régler les problèmes pour une stabilité durable de l'espace scolaire », marquent Mbaye Fall Leye et Cie. 


Jeudi 9 Juin 2016 - 13:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter