Trafic de chanvre indien: le fils d’Aïda Ndiaye Bada LO écope 10 ans de travaux forcés

Le fils d’Aïda Ndiaye Bada LO, décédée l’année dernière à la Mecque lors du drame de Mina, Seydina LO et ses deux complices sont condamnés à une peine de dix (10) ans de travaux forcés pour détention et trafic de chanvre indien, avec une amende de deux (2) millions de F CFA. Le verdict est rendu par la Chambre criminelle de Fatick.



Trafic de chanvre indien: le fils d’Aïda Ndiaye Bada LO écope 10 ans de travaux forcés
Les faits pour lesquels ils ont été traduits devant la barre de la Chambre criminelle remontent au 29 août 2014. Les accusés, Aliou Diallo, Seydina Lô et Pape Djiby Diop, ont été mis sous mandat de dépôt le même jour, suite à leur arrestation par la brigade de gendarmerie de Sokone.
 
Ils ont tous les trois (3) soutenus que c’est un certain Sambou Sarr, alias Bathie Dieng, qui a mis les sacs contenant le chanvre indien dans le véhicule à leur insu.
 
Ils ont cependant tous reconnu qu’une voiture avait été louée pour se rendre à Sirmang (Karang) afin de recueillir des prières du marabout de la localité mais également prendre des bains mystiques. Les inculpés ont déclaré avoir été manipulés par Bathie Dieng qui, selon eux, leur a fait croire qu’il est le fils du vénéré marabout.
 
Le président de la Chambre criminelle dit avoir noté beaucoup de contradictions dans les déclarations des accusés, tout en les interpellant sur les raisons pour lesquelles ils ont senti le besoin de se rendre auprès du guide religieux pour recueillir des prières.
 
Le ministère public a requis une peine de dix (10) ans de travaux forcés et une amende de cinq (5) millions de F CFA. «Le trafic de drogue est un fléau qui nous interpelle tous. C’est quelque chose qui gangrène notre société (…)», a notamment soutenu le procureur.
 
Dans sa plaidoirie, le pool d’avocats chargé de défendre les accusés, a relevé des constances dans le procès, à savoir le fait que la drogue ait été retrouvée dans le véhicule. La défense a ajouté que les prévenus l’ont reconnu mais ont nié la propriété de la drogue, et soutenu que la Chambre criminelle ne disposait pas d’éléments suffisants pour attribuer la paternité de la drogue à ses clients.
  
La Chambre criminelle de Fatick a finalement déclaré les accusés coupables du délit de détention et trafic de chanvre indien en les condamnant à une peine de 10 ans de travaux forcés et une amende de deux (2) millions F CFA.

Aminata Diouf

Jeudi 11 Août 2016 - 10:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter