Transhumance : Handicap ou opportunité ?

La transhumance fait rage ces derniers jours au Sénégal. En effet on assiste depuis l’accession de Macky Sall, à une vague de changements de capes et de couleurs. Mais ces derniers jours, on assiste à l’accélération de la cadence des ralliements d’anciens dignitaires du Pds et d’autres formations politiques qui rejoignent l’Apr. Moment choisi par nos confrères de l’Observateur pour poser la question à savoir : Que peuvent apporter ces hommes et femmes à l’Apr. Pour répondre à cette question le poids politique de certaines de ces personnes a été analysé.



Transhumance : Handicap ou opportunité ?
Awa Ndiaye ancienne ministre de la Famille : Celle à qui on a attribué le sobriquet de Awa «Coudou» Ndiaye, fait partie des artisans de l’élection de Mansour Faye, beau-frère de Macky Sall» à la tête de la Mairie de Saint-Louis. Dons elle fait partie de ces personnes qui peuvent apporter un plus à l’Apr. Mais cet apport ne va-t-il pas faire ressortir des frustrations d’autant plus que cette dame a été épinglée par l’Armp, mais bénéficie dorénavant d’un non-lieu.

Innocence Ntap : Cette ancienne ministre du Travail sous Wade sert à contrecarrer les plans d’Abdoulaye Baldé, le maire de Ziguinchor et replacer l’Apr sur les rails dans la capitale du Sud. Elle a été nommée récemment au Haut conseil du dialogue social.

Thierno Lô, ancien ministre du Tourisme est le principal adversaire de Modou Diagne
Fada dans le département de Kébémer a la lourde tâche de déboulonner ce dernier qui a fait d’excellents résultats lors des dernières élections locales.

Sitor Ndour ancien directeur du Coud a perdu la confiance de certains de ses désormais nouveaux camarades de parti. En effet, lui qui avait été avec Macky Sal aux premières heures de l’Apr, les a abandonner pour rallier le Pds avant de reporter les couleurs de l’Apr.

Bécaye Diop, ancien ministre des Forces armées. Cette ancienne figure du régime sous l’ère Wade est qualifiée de feuille morte. En effet il a beaucoup perdu de son poids politiques dans la capitale du Fouladou.

La transhumance ne sert pas toujours le parti au pouvoir. En effet, elle est souvent source de tension entre les nouveaux venus et les militants des premières heures. Et fait plus inquiétant elle se fait souvent au détriment de la justice. Car certains transhumants ont été épinglés par un des organes de contrôle de l’Etat.

Ousmane Demba Kane

Jeudi 2 Avril 2015 - 10:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter