Transhumance – Revirement : Awa Ndiaye et Baila Wane, deux boulets pour Macky

Macky Sall avertit les transhumants «véreux». Il ne semble pas disposer à leur offrir un blanc-seing. Après ses déclarations faisant l’apologie de la transhumance qui ont suscité l’ire de nombre de sénégalais, le président de la République, par ailleurs, leader de APR a cherché à se rectifier ou de repréciser sa pensée. En revanche, le ralliement d’Awa Ndiaye et de Bailla Wane qui avaient des dossiers judiciaires et qui miraculeusement ont bénéficié d’un non lieu ne milite pas en sa faveur. Ces feuilletons ont fait les choux gras de la presse et stimulé le phénomène de la transhumance.



Transhumance – Revirement : Awa Ndiaye et Baila Wane, deux boulets pour Macky
Le coup est déjà parti. Macky Sall a lâché le mot concernant son «feeling pour la transhumance». Après avoir essuyé une volée de bois vert, il tente de se rattraper. Ce qui a compliqué la situation du chef de l’Etat sur ce dossier de la transhumance, c’est surtout le non lieu décerné à Awa Ndiaye et Bailla Wane. Leurs dossiers après les audits de l’Agence de Régulation des Marchés Publics (ARMP) et les autres organes de contrôle de l’Etat étaient tellement accablants que personne ne s’attendait qu’ils se tirent facilement d’affaire. Ces deux anciennes pontes du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) étaient respectivement  ministre de la Famille et Directeur général de la Lonase.
 
Cette décision de justice prononce en novembre 2014 a beaucoup inquiété le Forum civil. «C'est assez bizarre qu'on ait un non-lieu dans ces différents dossiers, au niveau du ministère de la Famille et de la Lonase», a déclaré Birahim Seck du Forum civil. Il avait ainsi déclaré : «Nous faisons des pieds et des mains pour savoir la décision du juge, ses motivations, ses considérations de droits et de faits qui ont conduit à prendre ce non-lieu. Si on n'arrive pas à avoir cette décision, il nous sera presque impossible de nous prononcer sur les motivations du juge». Et jusque là malheureusement, il n’y a pas eu de suite.
 
Après le forum civil, l’opposition s’était aussi saisie du dossier et avait exprimé toute son indignation avec ce blanc-seing donné aux transhumants. Le porte parole du PDS, Babacar Gaye de signaler à propos de ce non lieu : «cette justice tant décriée est une justice dirigée contre les adversaires politique. Elle a une démarche sélective. Elle n’est pas à égale distance des citoyens. Ceux qui sont restés au Pds sont traqués, poursuivis, vilipendés. Alors que certains de nos frères et sœurs de parti, qui ont choisi le chemin de la transhumance, ont bénéficié de la mansuétude de cette même justice. »
 
Pour rappel, Awa Ndiaye était épinglée par un audit de l’ARMP pour des surfacturations à hauteur de 108 millions au ministère de la Femme et de la Famille. Le dossier avait été transmis au parquet et dans le même sillage, elle avait été impliquée au même titre que son SAGE (Secrétaire de l’administration et de l’équipement), Alassane BA, et deux autres fonctionnaires du même ministère qui étaient dans la cellule de passation des marchés (Amadou Faye et Ismaël Ndir) et du fournisseur Libano-Sénégalais qui avait vendu les ustensiles incriminés.
 


Lundi 20 Avril 2015 - 12:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter