Traque des biens dits mal acquis: le procès de Karim ouvert, Abdoulaye Baldé en train de constituer son dossier

Le patron de l’Union des Centristes du Sénégal (UCS) non moins maire de Ziguinchor s’est prononcé pas plus tard qu’hier dans son fief à Ziguinchor au moment où le procès de Karim Wade poursuivi pour enrichissement illicite suivait son cours au Palais de justice de Dakar. Prochain sur la liste du Procureur spécial près de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI), Alioune Ndao qui l’a mis en demeure. Ce, jusqu’au 11 août pour justifier la licéité de sa fortune estimé à cinq (5) milliards, Baldé de soutenir son compère au niveau de l’Agence Nationale pour l’Organisation de la Conférence Islamique (ANOCI). Mais sans oublier de préciser qu’il se trouve présentement à Ziguinchor en train de réunir des preuves pour prouver son innocence. L’ancien ministre des Mines sous Wade persiste et signe : « Mensonges et affabulations ».



Mis en demeure dans le cadre de la traque des biens dits mal acquis, Abdoulaye Baldé est pressé d’en finir. Ne serait-ce que selon lui, « le pays retrouve sa sérénité » et que « les gens reviennent à la raison ». Fort de ce fait, il n’en démord pas : «La vérité finira par triompher devant les mensonges et les affabulations. Je suis sûr qu’elle va éclater ». Ce, d’autant plus que, « Karim Wade, comme nous tous, a servi notre pays au plus haut niveau et avec beaucoup de sacrifices ».


Et là, Baldé de se dire, «à la fois sidéré et déçu en tant qu’ancien enquêteur, par les conclusions du Commandant Sarr de la Brigade de Recherches de la gendarmerie  qui, au lieu d’instruire à charge et à décharge, s’est seulement contenté de fabriquer un dossier de toutes pièces contre (sa) personne ».  Avant de préciser qu’il est «à Ziguinchor pour réunir toutes les preuves qui (lui) permettront de prouver, à la face du monde (son) innocence et mettre à nu toute cette machination ».
 

La seule bataille qui vaille en ces temps, martèle le maire de Ziguinchor, reste le dossier de l’ancien Président du Conseil Régional de Ziguinchor, feu Oumar Lamine Badji dont «les organisations des droits de l’homme doivent se saisir pour demander la réouverture de l’enquête. Et faire entendre toutes les personnes qui ont eu à mener l’enquête bâclée pour camoufler la mort de ce grand et digne fils de la Casamance ».
D’ailleurs,  conclut Baldé, « le Colonel Abdoul Aziz Ndaw dans son livre : « Pour l’honneur de la gendarmerie sénégalaise », a clairement affirmé qu’Abba Diédhiou, un des témoins-clés de l’assassinat a été tué dans les locaux de la gendarmerie au cours de son interrogatoire ».
 

« L’exigence de vérité », selon le leader de l’UCS, « commande donc l’élucidation de ce double meurtre ».  


Vendredi 1 Août 2014 - 11:40




1.Posté par ndiayabi le 01/08/2014 20:42
BALDE EST CE QUE TU PEUX JURER SUR LE CORAN DEVANT DES IMAMS QUE TU N AS RIEN PRIS.

2.Posté par cheick badji le 02/08/2014 10:53
merci BALDE,

je vous remercie infiniment d'aborder avec tant de brio, le dossier sur l'assassinat de Monsieur Oumar Lamine BADJI, digne fils de la casamance, qui aimait tant son pays et sa casamance natale. ce crime odieux, froid et incompréhensible, ne saurait rester impuni. L'état sénégalais doit ré ouvrir ce dossier, RAPIDEMENT, nous ne saurons rester silencieux face à ce crime. Omar Lamine, vous appréciait beaucoup, pour avoir échangé avec lui en France, au mois de MAI 2006, 6 mois avant son assassinat. IL croyait beaucoup en vous, et me confiait qu'il est pour vous comme un père. S'il ne le pensait pas, il ne l'aurait pas dit, car il était franc et direct, il était pour moi comme un père. C'était pour moi, pas seulement un oncle, mais un second père...... et il a été pour beaucoup dans ce que je suis maintenant. c'est pourquoi, je vous demande de toutes mes forces, de ne ménager aucun effort, pour qu'éclate la vérité, si vous en êtes à mesure. Sans quoi, les dignes fils de la Casamance ne sauraient sécher leurs larmes, et cette injustice ne fera que renforcer ce sentiment d'irrespect vis à vis des dignes fils de la Casamance, dont vous en êtes UN.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter