Traque des biens mal acquis-les dossiers Karim-Baldé: craintes et perspectives d'une intervention du MFDC




L’ancien ministre Abdoulaye Baldé et actuel maire de Ziguinchor devra déposer ses réponses au niveau du bureau du Procureur spécial de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) Alioune ndao ce lundi 11 août, une situation qui intervient en plein milieu du procès de Karim Wade.  En effet, la CREI avait donné un délai d’un mois à  Baldé pour qu’il justifie l’origine de ses biens et autre avoirs évalués à plus de cinq (5) milliards de F CFA. C’est ce  lundi 11 août que Baldé devra déposer ses réponses écrites au bureau du procureur spécial. Mais ce rendez-vous coïncide avec le procès de Karim. Faut juste rappeler que l’ex ministre Abdoulaye Baldé dois se présenter chez celui qui représente le ministère public dans le procès de Karim.


Néanmoins, les autorités judiciaires se penchent déjà sur les scénarios les plus pessimistes relativement aux potentiels troubles à l’ordre publique si toutes foi Abdoulaye Baldé devrait rejoindre son ami de l’Agence Nationale Pour l'Organisation de la Conférence Islamique (ANOCI) à la Maison d'Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss. Dès lors si les réponses apportées convainquent le procureur spécial et qu’il ne saisisse pas la Commission d’Instruction (CI) de la CREI, Baldé pourrait rester toujours en liberté le temps que le procès de Karim se poursuive ou que la cour se déclare incompétente à juger l’affaire. Et que le juge Henri Grégoire Diop envoie, par ordonnance, le parquet spécial à se pouvoir. Ce sera ainsi, sans aucun doute alors devant la Haute Cour de justice.


Toutefois, d'éventuelles implications de Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance (MFDC) sont possibles si on revient, selon le journal "L'observateur", sur la demande de la rébellion casamançaise de soutenir Baldé dans les locales. Pour l'heure, les Renseignements Généraux (RG) poursuivent nos confrères, ont émis des appréhensions à voir les attaques et braquages reprendront si jamais  leur maire est inquiété. Toujours faut-il, signaler que les autorités politiques suivent de près les activités en coulisses des partisans du maire de Ziguinchor dans sa ville et programment d’accompagner leur leader au moment du dépôt de la réponse à la mise en demeure qui lui a été servi. En tout cas, des mesures sécuritaires sont prises pour parer aux débordements venant des personnes non autorisées.

Pape Moussa BA (stagiaire)

Samedi 9 Août 2014 - 14:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter