Travail : les Tanzaniens d’abord

Bien que le nouveau projet de loi ait été approuvé à l'unanimité par le Parlement, d'autres députés l'ont critiqué.



Certains députés estiment qu’il ne prend pas en compte les accords régionaux de libre circulation des travailleurs dans la Communauté est africaine.

Le projet de loi qui vise à réglementer le recrutement des étrangers, arrive à un moment où le gouvernement est sous pression concernant ses difficultés a créer plus d'emplois pour les citoyens.

Au cours du débat à l’hémicycle, les députés ont exigé que le gouvernement décrive les types de tâches qui doivent revenir automatiquement aux Tanzaniens.

Le ministre du travail, Gaudensia Kabaka a reconnu que le taux de chômage est élevé en Tanzanie, mais elle a indiqué qu’il était essentiellement question pour le gouvernement de surveiller la circulation des travailleurs étrangers dans le pays.

"Il ne s’agit pas de discrimination contre les travailleurs étrangers comme certains l'ont prétendu, ce n’est pas vrai. Tout ce que nous voulons faire c’est de coordonner le déplacement des non-ressortissants tanzaniens travaillant dans le pays, la date d'entrée, les dates prévues de départ et la durée de leur contrat. L'idée est de disposer de données fiables. C’est cela l'objectif principal de ce projet de loi, de savoir combien d'étrangers travaillent dans le pays et pour identifier les types d'emplois qui devraient être faits par les Tanzaniens ou les étrangers ", a-t-elle précisé.

Selon le projet de loi, ceux qui emploient des étrangers seront tenus de préparer un plan de relève, établissant des mécanismes de transfert de compétences aux travailleurs locaux.

Certains députés de l'opposition ont déclaré que le projet de loi n'a pas respecté des engagements internationaux de la Tanzanie, notamment la question du Marché commun de la Communauté Est Africaine (EAC) qui prévoit la libre circulation des travailleurs au sein des Etats membres.

À l'exception du Rwanda, les autres Etats membres de la communauté est africaine rechignent à ouvrir totalement leurs frontières pour permettre la libre circulation des travailleurs.

Le projet de loi devrait être promulgué par le président Jakaya Kikwete.


BBC Afrique

Vendredi 20 Mars 2015 - 13:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter