Travailleurs Sénégalais sans salaire en Arabie Saoudite: les précisions de Mankeur Ndiaye



Une délégation  conduite par l'Ambassadeur du Sénégal au Royaume d'Arabie Saoudite s'est rendue, le lundi 1er août 2016, au centre principal d’hébergement des travailleurs sénégalais de la Compagnie SAUDI OGER en situation de crise financière. Cette visite consistait «d’une part, à s’imprégner de plus près de la situation de nos compatriotes qui, comme l’ensemble des agents de la société SAUDI OGER, n’ont pas perçu leurs salaires depuis quelques mois, d’autre part, à les réconforter en leur manifestant le soutien et la solidarité des plus hautes autorités sénégalaises face à cette épreuve  ainsi que leur engagement à leur apporter l’assistance requise pour une solution au problème», note le communiqué du ministère des Affaires étrangères.  

Au cours de cette visite, poursuivent les services de Mankeur Ndiaye, «la délégation a procédé à l’immatriculation de certains compatriotes qui étaient dépourvus de la carte consulaire, gage de protection pour eux auprès de nos missions diplomatiques et consulaires en Arabie saoudite. Elle a aussi, conformément aux valeurs sénégalaises de solidarité et de partage, remis aux compatriotes une contribution des membres du personnel de l’Ambassade en guise d’appui transitoire qui les a profondément touchés».

«Dans la perspective de trouver une solution aux difficultés que traversent nos compatriotes», l’Ambassadeur du Sénégal a rencontré «certains responsables des ministères saoudiens en charge des Affaires étrangères, du Travail et de l’Intérieur, avec lesquels un suivi régulier du dossier est fait».

C’est ainsi que le lundi 15 août 2016, une mission consulaire de l’Ambassade s’est rendue à Dammam pour discuter avec la partie saoudienne et prendre connaissance des mesures prises pour une sortie de crise. A ce propos, «il est à signaler que les ministères saoudiens du travail, de la justice et des finances ont conjointement proposé à l’ensemble des travailleurs de SAUDI OGER risquant la faillite, pour ceux qui veulent rentrer dans leur pays, le comité ministériel saoudien se chargera de leur procurer des visas de sortie du territoire et les billets d’avion nécessaires à leur rapatriement ».

Pour les autres qui souhaitent travailler dans les autres entreprises du genre, le comité marque «sa disponibilité à leur faciliter les formalités administratives liées au transfert et les convie à entreprendre, dès à présent, les démarches appropriées auprès de ces entités en vue de leur réintégration».
Il a été aussi demandé «aux travailleurs, avec l’appui des missions diplomatiques et consulaires de leurs pays, de remplir dûment les formulaires remis pour les besoins du règlement ultérieur des arriérés de salaire… ». 


Vendredi 19 Août 2016 - 12:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter