Troubles à l'ordre public: Toussaint Manga et Cie face à leur destin ce mercredi

A l'instar de Karim Wade qui fait face, pour sa part à la Cour de Répression de l'Enrichissement Illicite (CREI), d'autres libéraux seront jugés pas plus tard que ce mercredi. Ils sont huit (8) et parmi eux, le remplaçant de Bara Gaye à la tête de l'Union des Jeunesses Travaillistes et Libérales (UJTL), Toussaint Manga. Ils risquent cinq (5) ans de prison.



Alpagués samedi dernier dans le cadre de la marche interdite du Front Patriotique pour la Défense de la République (FPDR), huit libéraux ont été placés sous mandat de dépôt pas plus tard que ce lundi. La plupart assume leur participation à la manifestation interdite. A l'instar de Toussaint Manga non moins secrétaire général de l'UJTL qui indique le but de la CREI, c'est de prendre en otage les responsables libéraux. 


Mieux, lorsqu'"ils se sont présentés samedi dernier sur la place de l'Obélisque, ils voulaient faire un regroupement pacifique mais la police a procédé à leur interpellation" alors qu'"ils n'ont à aucun moment tenté de troubler à l'ordre public". Après avoir été déféré, les huit (8) dont une femme, Aminata Sakho, présidente du mouvement "Karim président" feront face au juge ce mercredi matin. Ils risquent un emprisonnement de cinq (5) ans. 


Mercredi 4 Février 2015 - 11:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter