Trump retire de son site sa proposition d'interdire aux musulmans d'entrer aux Etats-Unis



Cette promesse de campagne avait suscité des désapprobations dans le propre camp de Donald Trump. Elle était encore présente au matin du 8 novembre, jour de l'élection.
 
La réaction de Donald Trump après la fusillade de San Bernardino, 14 morts et 17 blessés, avait été radicale: interdire l'accès de tous les musulmans au territoire des Etats-Unis. La déclaration date du 7 décembre. Donald Trump s'était jusitifié ainsi: "D'après Pew Research (un think tank américain, Ndlr), et d'autres, il existe une grande haine à l'égard des Américains de la part de larges segments de la population musulmane".
 
Aujourd'hui, le lien de la déclaration renvoie à une page de contribution à la campagne du président élu. Mais la mémoire cache du site montre qu'au matin du 8 novembre, le communiqué était encore en ligne.
 
Une proposition qui fait pschitt
 
Les réactions hostiles à cette position de Trump contre les musulmans avaient été vives. Outre la Maison Blanche, l'un de ses concurrents de l'époque, le républicain Jeb Bush (frère de George W.), l'avait traité de "déséquilibré". Cette marque d'hostilité de la part de Donald Trump avait été perçue comme xénophobe et raciste. Certains l'avait aussi traité de fasciste ou de "protofasciste", comme la candidate écologiste Jill Stein, rappelle Russia Today.
 
Selon plusieurs analystes, dont NBC News a rassemblé les avis, la proposition aurait eu toutes les chances d'être déclarée inconstitutionnelle si elle avait été maintenue. 'Même si les citoyens étrangers ont des droits moindres comparés à ceux des Américains, le gouvernement ne peut mettre en place des tests religieux". Pour Laurence Tribe, professeur de droit à Harvard, la Constitution américaine qui "fait barrage à la déclaration d'une religion officielle" prémunirait les étrangers contre une telle discrimination.
 
De nombreux juristes estiment que la Cour suprême des Etats-Unis retoquerait la proposition. Le début du premier amendement de la Constitution américaine est assez clair sur ce point: "Le Congrès n'adoptera aucune loi relative à l'établissement d'une religion, ou à l'interdiction de son libre exercice".
 
 

bfmtv.com

Jeudi 10 Novembre 2016 - 15:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter