Tuerie sur une base militaire

Un soldat a tué douze personnes et blessé 31 autres, jeudi sur la base américaine de Fort Hood, au Texas. D’abord donné pour mort, le psychiatre de l’armée est encore en vie, actuellement hospitalisé dans un état stationnaire, a expliqué l'armée.



Tuerie sur une base militaire
La plus grand base militaire américaine du monde est endeuillée. Un commandant de l’armée américaine a ouvert le feu jeudi sur la base de Fort Hood, au Texas, tuant 12 personnes et blessant 31 autres. Dans un premier temps donné pour mort, le tireur, Nidal Malik Hasan est en fait toujours en vie. "Il est détenu et son état est stationnaire", a déclaré le général Cone, précisant que le psychiatre de l’armée souffrait de plusieurs blessures par balles. Il a également démenti ses premiers propos, peu après la fusillade, selon lesquels il y avait trois tireurs. Interrogé sur le possible caractère terroriste de cette attaque, il a répondu: "Je ne pourrais pas l'exclure, mais à cet instant, les preuves n'abondent pas en ce sens."

La fusillade a éclaté vers 13h30, au Centre de préparation des soldats, où des militaires en partance pour un déploiement à l'étranger passaient d'ultimes examens médicaux, a précisé le général. Et la fusillade s'est déroulée peu avant une cérémonie de remise de diplômes. Le tireur a utilisé deux armes de poing, dont une arme semi-automatique. Mais "rien n'indique qu'il s'agissait d'armes militaires", a précisé le général Cone.

"Son pire cauchemar"

Comment expliquer le geste du major Nidal Malik Hasan, 40 ans, d’origine palestinienne? D’après les premiers éléments il se sentait oppressé, harcelé par ses collègues en raison de son origine et de sa religion musulmane. Sur la base militaire, qui accueille tous les soldats américains avant leur déploiement à l’étranger, le psychiatre était chargé de soigner les soldats, notamment ceux qui rentraient des zones de conflits. D’après le cousin du tireur présumé, le suspect, arrivé en avril dernier dans le Texas, avait appris récemment qu’il partirait sous peu en Irak. "Nous savons depuis cinq ans qu'il s'agissait sans doute de son pire cauchemar", a expliqué Nader Hasan. Le commandant, qui est entré dans l'armée américaine après le lycée, avait également exercé la fonction de psychiatre dans un centre médical de l'armée à Washington, où sont soignés les blessés graves. "Il était psychiatre à Walter Reed, s'occupant de personnes de retour et (...) essayant de les aider à surmonter leur traumatisme", a expliqué son cousin.

"Horrible explosion de violence"

La base de Fort Hood est un élément clé dans le dispositif militaire américain, notamment pour le déploiement en Irak et en Afghanistan. Ses installations couvrent 878 km² et quelque 65000 soldats, civils et membres de leurs familles y sont affectés. Elle est aussi la base américaine la plus affectée par les suicides depuis le début de la guerre en Irak. En juillet, on y comptait 75 soldats ayant mis fin à leurs jours depuis mars 2003, dont neuf depuis le début de l'année. L'incident de jeudi est un des plus meurtriers jamais survenu sur une base américaine.

Peu après le drame, Barack Obama a rendu hommage aux victimes. A Washington, le président américain a évoqué une "horrible explosion de violence". "Il est terrifiant qu'ils soient pris sous le feu dans une base de l'armée sur le sol américain", a-t-il-ajouté, promettant de faire toute la lumière sur le drame. Déjà, les débats sont très vifs aux Etats-Unis sur la prise en charge du syndrome du stress post-traumatique pour les soldats revenants d'Irak ou d'Afghanistan.
Source: Lejdd

Lejdd.fr

Vendredi 6 Novembre 2009 - 09:07




1.Posté par elena le 06/11/2009 18:07
cc je m apppel sarha j habite a marseille c pour ve dire que vous etes nul me bon avoire tuer un soldat c pas bien moi je suis s une dame qui voi les esprie des mor la personne qi est mort je les vue la personne me diser je lui fera du mal jusqua elle c que vousvoyr les mort et quel ou il se pardonne moi j ai il disai que luis aussi il a vecu sa mes c pas un moyen a se metre comme sa moi je m escuse devant les personne que j ai bleser mes la personne qui ma fait sa elle ou iul se pardone la c moi qui raconte je me presente tout mes condeleence a diu si t un francazis que dieu te benie si t un arrabe queallah te guerrie et qui te protegera tout a familletinquiete toi aussi tu veillera anrevoire je te ferai plein d autre truc sur sa je vai enqueter les gens bizouxxxxxxxxxxx comme je le dit dieu te gueri

2.Posté par gigi le 08/11/2009 20:38
Le psychiatre américain qui vient de tuer 13 militaires aux Etats-Unis, était chargé de la santé mentale des soldats américains de retour d'Irak. On peut bien sûr ironiser sur le fait que ce psychiatre était encore plus mal en point que ceux qu'il était sensé soigner. Mais on peut surtout s'indigner à l'idée que 40 % des militaires qui se sont suicidés ces dernières années dans l'armée de terre américaine étaient sous antidépresseurs . Etait-il trop tard pour les sauver quand ils sont venus consulter? Peut-être, mais les médicaments qu’on leur a prescrits avant qu’ils ne mettent fin à leurs jours étaient sensés les à les aider à surmonter leur souffrance psychique. Non seulement ces substances ne les ont pas soignés, mais les laboratoires pharmaceutiques qui fabriquent ces substances indiquent aujourd'hui que bon nombre d'entre elles favorisent les actes violents (suicides, tueries). On peut donc légitimement se demander si l'augmentation du taux de suicide dans certains milieux n'est pas liée à l'augmentation du nombre de personnes dépendantes de ces médicaments.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter