Tunisie: Ennahda jette toutes ses forces dans les législatives

A moins d’une semaine du vote pour les législatives en Tunisie prévu dimanche la campagne électorale électorale bat son plein. Samedi, les deux poids lourds de la politique tunisienne tenaient chacun leur meeting : à Kairouan pour Beji Caid Essebsi, leader du parti Nida Tounès ; à Sfax pour son grand rival Rached Ghannouchi, chef d'Ennahda. Dans la deuxième ville du pays, ce dernier a assumé le bilan contesté de son parti, au pouvoir depuis 2011.



Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste Ennahda, lors d'un meeting à Tunis, le 23 septembre 2014. REUTERS/Anis Mili
Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste Ennahda, lors d'un meeting à Tunis, le 23 septembre 2014. REUTERS/Anis Mili

« Le peuple veut Ennahda ! » Ambiance au meeting d'Ennahda, à Sfax, à une semaine avant les législatives. Ennahda voulait faire de ce rendez-vous une démonstration de force face à son rival Nida Tounès, le parti bourguibiste que les islamistes assimilent au RCD, ancien parti unique de Ben Ali : « On envoie un message au RCD : dégage ! »

Dans un théâtre à ciel ouvert, environ 10 000 partisans sont venus prier en famille pour la victoire du parti islamiste tunisien et et écouter son leader historique Rached Ghannouchi.

« Ils disent qu’Ennahda a perdu sa popularité mais vous êtes là pour prouver que c’est faux... », dit le chef d’Ennahda. « Ce qui se passe en Libye et en Syrie est affreux, dit-il, mais en Tunisie, nous avons empêché cela. »

Pas de candidat à la présidentielle

Au pouvoir, Ennaha n’a pas réalisé grand-chose, mais c’est déjà plus que ses prédécesseurs : « une Constitution, une démocratie, et bientôt le développement », promet Ghannouchi à la tribune.

En 2011, Ennahda avait gagné les premières élections de l’après-Ben Ali. Mais en 2013, après deux assassinats politiques attribués aux jihadistes et un bilan économique contesté, le parti islamiste quitte le gouvernement sous la pression de l’opposition, tout en restant majoritaire au Parlement.

Ennahda ne présente aucun candidat à la présidentielle et mise tout sur les législatives de dimanche pour revenir au pouvoir, en formant une large coalition de gouvernement.


Rfi.fr

Lundi 20 Octobre 2014 - 14:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter