Tunisie : l’état d’urgence décrété suite à l’attentat meurtrier qui a frappé Tunis

Le président tunisien Béji Caid Essebssi a décrété l'état d'urgence dans le pays suite à l'attentat sanglant qui a frappé ce mardi le cœur de Tunis, faisant au moins 12 morts et près de 20 blessés.



17h15. Le centre ville de Tunis était sous une pluie battante quand une déflagration a retenti sur l’avenue Mohammed V. À 200 mètres de l’avenue Bourguiba et du ministère de l’Intérieur, « un engin non encore identifié » a fait exploser un bus qui transportait l’équipe de nuit de la garde présidentielle vers le Palais de Carthage, selon une source sécuritaire. « À bord, il devait y avoir près de 25 agents, tous âgés de moins de trente ans», selon un responsable au ministère de l’Intérieur.
Bilan provisoire de cet attentat : au moins 12 morts et près de 20 blessés. Pour faciliter les opérations de secours, la zone a été aussitôt bouclée malgré la présence de nombreux curieux et des médias. Les blessés ont été dirigés vers l’hôpital militaire de Tunis et celui de la police à La Marsa.
Le centre de Tunis, souvent menacé
Du jamais vu à Tunis dont le centre, souvent menacé, est placé sous haute surveillance depuis plusieurs mois. Diverses sources dont une page Facebook connue des Tunisiens, « El Mraed El Jazayiri », qui a souvent averti contre les attaques terroristes en Tunisie peu de temps avant leur survenue – ce fut le cas du Bardo et d’El Kantaoui -, avaient prévenu contre un attentat au cœur de Tunis. Suite à cet avertissement, la cote d’alerte était montée d’un cran. Vendredi dernier, le 20 novembre, un kamikaze qui comptait opérer sur l’avenue Bourguiba avait d’ailleurs été arrêté.
« L’ogre est en ville », « nous sommes en guerre », ce sont les propos que tiennent les citoyens choqués. Après le Bardo et El Kantaoui, le terrorisme fait sa troisième incursion en milieu urbain et s’attaque aux forces de l’ordre dont la brigade de la garde présidentielle est l’un des corps d’élite. Vraisemblablement, les terroristes visaient la présidence, un symbole fort de la République.
État d’urgence pour les 30 prochains jours
Le gouvernement dont plusieurs ministres assistaient au débat sur la loi de Finances 2016 à l’Assemblée, ne s’est pas encore exprimé mais partis et syndicats appellent à oublier les dissensions politiques qui divisent le pays, et à donner la priorité à l’union nationale. Sur les chaînes de télévision tunisiennes, le président de la République Béji Caïd Essebsi a décrété l’état d’urgence pour les 30 prochains jours et une interdiction de circuler dans le Grand Tunis de 21H à 5H du matin. Il a d’ores et déjà annulé une visite officielle en Suisse qui devait débuter demain.
Selon la police, il s’agit d’un acte terroriste non encore revendiqué. Les médias sont appelés à la plus grande prudence afin que l’enquête puisse se dérouler dans de meilleures conditions.
source:jeune Afrique

Dior Niang

Mercredi 25 Novembre 2015 - 06:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter