Tunisie: la Femen Amina de nouveau devant les juges

Le 19 mai dernier, Amina se fait arrêter à Kairouan pour avoir peint le mot « Femen » sur un mur de cimetière. Depuis, la jeune tunisienne est maintenue en détention provisoire à la prison pour femme de Sousse. La justice l'a déjà condamnée à une amende de 150 euros environ pour la détention illégale d'un spray lacrymogène. Aujourd'hui, de nouvelles accusations pèsent sur la jeune fille et c'est donc un nouvel épisode judiciaire qui l'attend.



La Femen Amina au tribunal de Kairouan, le 5 juin 2013. AFP PHOTO / SALAH HABIBI
La Femen Amina au tribunal de Kairouan, le 5 juin 2013. AFP PHOTO / SALAH HABIBI
Son comité de soutien dénonce un acharnement. Ce lundi matin, devant le tribunal cantonal de M’Saken, dans la banlieue de Sousse, Amina comparaît donc pour outrage envers un fonctionnaire public et diffamation. Des délits passibles de respectivement un an et six mois de prison ferme.

Selon ses avocats, les raisons de ces nouvelles inculpations ne sont pas très claires. C’est le directeur de la prison de Sousse, où Amina est emprisonnée, qui aurait porté plainte contre elle. Une des gardiennes l’accuserait d’être intervenue dans une altercation avec une autre détenue et de l’avoir insultée.

Cas de torture

« Il s’agit là d’une affaire fabriquée de toutes pièces pour la garder en prison », assure Mounir Sbouï, le père d’Amina. Avec ces charges, son comité de soutien craint en réalité qu’on essaie de faire taire la jeune fille qui s’est confiée récemment à l’un de ses avocats, lui signalant des cas de torture au sein même de l’établissement.

Quel que soit le jugement de ce nouveau procès, Amina n’est pas près de sortir de prison. Elle risque encore d’être inculpée de profanation de sépulture pour avoir tagué le mur du cimetière de Kairouan, un délit passible de deux ans d’emprisonnement.
Source: RFI


Lundi 22 Juillet 2013 - 09:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter