Tunisie: un an après l'attentat, le tourisme au plus bas à Sousse

Il y a un an jour pour jour, une attaque revendiquée par l’organisation Etat islamique faisait 38 morts à Sousse, le plus lourd bilan jamais enregistré par la Tunisie. Les conséquences sur la fréquentation touristique ont été immédiates.



Le 26 juin 2015, un jihadiste tunisien sortait une kalachnikov qu'il avait cachée dans un parasol et tirait sur les touristes sur une plage de Sousse. Un an plus tard, les hôteliers de cette station balnéaire sont unanimes : la fréquentation n'a jamais été aussi faible. « C’est une baisse qui est allée jusqu’à 90 %. C’était vraiment très dur. Aujourd’hui, on se trouve avec la clientèle russe, avec la clientèle locale et algérienne », rapporte Anis Sehili, directeur commercial de la chaîne d'hôtels El Mouradi.
 
Ce mois-ci, Sousse ne compte que 9 000 touristes, contre 40 000 avant 2010 à la même période. Selon Foued Eloued, le commissaire régional au tourisme de Sousse, les Russes sont aujourd’hui surreprésentés, notamment parce qu'ils ont délaissé la Turquie ou l'Egypte. « Sur 9 000 touristes, il y en a plus de 6 000 Russes », précise-t-il.
 
Dans la médina de Sousse, Lassad Bentaleb retire la poussière des sacs en cuir de son magasin. Ce commerçant a aussi vu le nombre et la nationalité des touristes changer. « Avant, il y en avait beaucoup. Maintenant, il n’y en a que quatre ou cinq par jour, des Russes. Mais les Russes, ils n’achètent pas beaucoup », se désole le commerçant. Cet été, les touristes russes pourraient même être plus nombreux que les Français sur les plages tunisiennes.
 
■ Analyse
 
Un an après la tuerie de Sousse, les mesures de sécurité prises en Tunisie sont-elles suffisantes pour contrer d'éventuelles menaces ? Eléments de réponse avec le juriste et chercheur tunisien Habib Sayah contacté par RFI :
 
« Si les hôtels et les zones touristiques sont désormais mieux protégés, certaines cibles potentielles, à haute valeur, qui ont fait l'objet de menace de la part de [l'organisation] Etat islamique, restent relativement peu protégées, explique-t-il. On pense notamment à l'aéroport de Tunis, où le dispositif de sécurité est assez poreux. C'est également le cas du musée du Bardo qui reste sous-protégé. Il faut noter deux éléments qui affectent particulièrement la sécurité des Tunisiens et des touristes en cas d'attaque terroriste. Premièrement, il s'agit d'un manque de discipline notable de la part des agents de police. Les Tunisiens se plaignent régulièrement de ne pas être fouillés à l'entrée de bâtiments publics qui pourraient être pris pour cible par les groupes terroristes. Deuxièmement, il y a le problème de la corruption qui a un impact significatif sur ces questions-là, étant donné qu'il reste relativement facile en Tunisie d'échapper à un contrôle sur la route au moyen de quelques dinars. »
 
 
Source: Rfi.fr



Dimanche 26 Juin 2016 - 07:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter