Tunisie: un millier d’arrestations depuis le Bardo, selon Habib Essid

Après la Grande-Bretagne jeudi, le Danemark a à son tour appelé ce vendredi 10 juillet ses ressortissants à quitter la Tunisie en raison du risque élevé d’un nouvel attentat. De son côté, l’Irlande conseille à ses touristes d’éviter le pays. Les autorités tunisiennes, elles, se veulent rassurantes. Le Premier ministre Habib Essid a déclaré que le pays avait fait tout son possible pour protéger les intérêts étrangers et qu’un millier de personnes avaient été arrêtées depuis l’attaque du Bardo en mars.



Depuis l'attentat du 26 juin à Sousse, 1 400 policiers ont été assignés à la protection des hôtels, selon le Premier ministre tunisien. AFP PHOTO / FETHI BELAID
Depuis l'attentat du 26 juin à Sousse, 1 400 policiers ont été assignés à la protection des hôtels, selon le Premier ministre tunisien. AFP PHOTO / FETHI BELAID

Devant les députés le Premier ministre n'a pas minimisé la menace : « Notre pays est en danger, la situation sécuritaire du pays est encore précaire. Ce n'est pas pour faire peur aux gens, c'est la réalité », a déclaré Habib Essid jeudi soir. Peu avant, la Grande-Bretagne venait de demander à ses ressortissants de quitter la Tunisie, estimant le risque d'un nouvel attentat hautement probable après les 38 morts de Sousse, dont 30 Britanniques.

Le chef du gouvernement s'est également voulu rassurant avec une série de chiffres : 1400 agents sont assignés à la protection des hôtels. Un mur de cinq millions d'euros est en train d'être construit  pour sécuriser la frontière avec la Libye où se sont entraînés les terroristes du Bardo et de Sousse.

15 000 jeunes ont été empêchés de partir rejoindre le jihad à l'étranger et un millier de terroristes ont été arrêtés selon lui. Depuis mars dernier, une nouvelle loi antiterroriste  est soumise au débat du Parlement. Un projet qui inquiète les organisations de défense des droits de l'homme : dans une lettre ouverte, neuf d'entre elles, dont Human Rights Watch, la FIDH et Amnesty International  appellent les parlementaires tunisiens à ne pas revenir sur les droits fondamentaux acquis après la révolution pour lutter contre le jihadisme.


Rfi.fr

Samedi 11 Juillet 2015 - 09:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter