Turquie: les autorités ne souhaitent pas s'enliser sur le sol syrien

L'intervention turque en Syrie inquiète la Russie, alliée de Bachar el-Assad. Le pouvoir turc a récemment dit vouloir éradiquer le groupe Etat islamique, mais sa coopération avec les rebelles syriens n'est peut-être pas amenée à durer.



Le Premier ministre Binali Yildirim a répété, mercredi 24 août, qu'il voulait que l'opération se termine rapidement. Pas question pour Ankara de rester plusieurs semaines, par exemple, avec des troupes au sol sur le territoire syrien.
 
L'objectif de la Turquie est de sécuriser toute sa zone frontalière pour s'assurer qu'il n'y ait pas de point de passage pour l'organisation Etat islamique et pour s'assurer aussi - c'est très important aux yeux des Turcs - que les forces kurdes ne parviennent pas à se rapprocher de la frontière turque pour réunir les territoires qu'ils contrôlent au nord de la Syrie.
 
Ankara va vouloir dans les prochaines heures, les prochains jours, permettre à ses alliés rebelles syriens de prendre pied à Jarablos, de prendre le contrôle également des villages qui sont à l'ouest de cette ville, de mettre en place finalement, une sorte de zone tampon à sa frontière qui serait sous contrôle de ses alliés syriens, ce qui permettrait notamment à ces rebelles d'avoir un territoire contigu et de pouvoir bénéficier plus facilement de support logistique et militaire, depuis la Turquie pour éventuellement se déployer plus avant sur le territoire syrien.


Source: Rfi.fr


Jeudi 25 Août 2016 - 10:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter