Turquie: plusieurs soldats tués dans une attaque des rebelles du PKK

Une importante attaque des rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a causé la mort de soldats turcs dimanche 6 septembre au soir, dans le sud-est du pays, a annoncé l'armée. D'autres ont été blessés. Le bilan est encore incertain. L'armée de l'air a mené des frappes en représailles.



Dans une déclaration publiée sur le site de sa branche armée, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) affirme avoir tué quinze soldats dans « un acte de sabotage et plusieurs attaques ». Cependant, des chiffres bien plus importants circulent, indique notre correspondant à IstanbulJérôme Bastion, ils font état de plusieurs dizaines de morts, de nombreux blessés et même de possibles otages. Mais ce lundi matin, l'armée turque ne donnait pas encore de bilan chiffré de cette embuscade.

L'attaque est survenue le dimanche 6 septembre au soir dans la province d'Hakkari, dans le sud-est de la Turquie. Selon un communiqué de l'armée, les rebelles du PKK ont attaqué deux véhicules militaires dans le district de Daglica. « Deux de nos véhicules blindés ont été gravement endommagés par des engins explosifs rudimentaires placés sur une route », explique l'armée. « Certains de nos courageux soldats ont été tués par l'explosion et d'autres ont été blessés », ajoute le communiqué sans fournir d'autres détails. C’est d’ailleurs dans cette même région montagneuse de Daglica qu’avait eu lieu, la dernière attaque du genre : en 2007, elle avait fait une douzaine de morts dans les rangs des forces armées.

En représailles, l'armée turque a fait décoller quatre avions de combat qui ont frappé des positions du PKK dans le sud-est de la Turquie. Le Premier ministre islamo-conservateur Ahmet Davutoglu a convoqué dimanche dans la soirée une réunion de sécurité d'urgence à Ankara, en présence des principales autorités civiles et militaires du pays. Le présidentRecep Tayyip Erdogan  s'est dit pour sa part « consterné » par cette attaque, promettant une riposte « très particulière et décisive ».

Fin juillet, Ankara a lancé une importante campagne antiterroriste  à l'encontre de la rébellion kurde, faisant voler en éclats les discussions engagées fin 2012 par le gouvernement pour mettre un terme à un conflit qui a fait des dizaines de milliers de morts en trente ans. Elle mène chaque jour des opérations contre des bastions de la rébellion. Si le bilan donné par le PKK de quinze soldats tués se confirmait, il s’agirait de l’attaque la plus meurtrière contre les forces de sécurité turques depuis la fin du cessez-le-feu.


Rfi

Lundi 7 Septembre 2015 - 09:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter