Un an après la réélection d'Abdelaziz Bouteflika, l'Algérie piétine

En Algérie, il y a un an, le 18 avril 2014, Abdelaziz Bouteflika était réélu pour un quatrième mandat. Un mandat contesté comme aucun autre au vu de l'état de santé du président, malade et très affaibli. Abedelaziz Bouteflika est au pouvoir depuis déjà 1999 et absent de la scène publique dans un pays où les demandes sociales et économiques sont toujours aussi grandes.



Le président algérien Abdelaziz Bouteflika lors de sa prestation de serment pour un quatrième mandat, le 28 avril 2014. REUTERS/Louafi Larbi
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika lors de sa prestation de serment pour un quatrième mandat, le 28 avril 2014. REUTERS/Louafi Larbi

L'annonce, il y a un an, de la candidature d'Abdelaziz Bouteflika  pour un quatrième mandatavait surpris beaucoup d’Algériens. Tout le monde savait en effet que le président avait du mal à se remettre d'un accident vasculaire cérébral. Incapable de marcher, de s'exprimer en public et donc de tenir un meeting, Abdelaziz Bouteflika a cependant décidé de briguer, à nouveau, le suffrage universel.

Elu sans surprise avec plus de 81 % des voix, l'homme, malade, est resté depuis plus que discret. Il n'a fait que quelques rares sorties à l'extérieur de sa résidence médicalisée. Seules les images filmées lorsqu'il reçoit ses invités de marque permettent d'avoir une idée sur son état de santé.

Depuis sa réélection, beaucoup d'Algériens ne se demandent d'ailleurs plus comment il va, mais s'il va pouvoir terminer son mandat et quelle succession se profile.

Abdelaziz Bouteflika avait promis, depuis 2011, une réforme constitutionnelle qui n'a toujours pas vu le jour. Malgré les promesses de campagne, le secteur de l'emploi est toujours aussi sinistré et l'économie de plus en plus vulnérable. Le temps presse, l'Algérie doit prendre un virage énergétique et changer de mode de gouvernance, estiment les experts du groupe de réflexion baptisé Nabni qui tire depuis des mois la sonnette d'alarme.



Samedi 18 Avril 2015 - 09:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter