Un bébé palestinien tué dans un incendie attribué à des colons

Un enfant palestinien de 18 mois a été tué et ses parents blessés dans l’incendie de leur maison en Cisjordanie. La police privilégie la piste des extrémistes juifs après avoir découvert le slogan « prix à payer » inscrit sur l’un des murs de la maison incendiée. Le ministre israélien de la Défense a immédiatement condamné cet « acte terroriste ».



Un soldat israélien devant la maison incendiée par des extrémistes juifs présumés où un enfant palestinien de 18 mois a été tué ce vendredi 31 juillet. REUTERS/Abed Omar Qusini
Un soldat israélien devant la maison incendiée par des extrémistes juifs présumés où un enfant palestinien de 18 mois a été tué ce vendredi 31 juillet. REUTERS/Abed Omar Qusini

L’incendie s’est déclaré dans la nuit de jeudi à vendredi alors que la famille dormait, dans le village de Kafr Douma, près de Naplouse en Cisjordanie occupée. Un enfant de 18 mois a péri dans les flammes. Ses deux parents et un autre enfant ont été blessés et évacués dans un hôpital israélien. 

Selon les forces de sécurité palestiniennes, quatre colons israéliens ont pénétré dans le village dans la nuit et mis le feu à plusieurs maisons, dont celle où l'enfant a péri, située près de l’entrée du village. Luba Samri, porte-parole de la police, a précisé que le slogan « prix à payer » (« Tag Mehir » en hébreu) avait été inscrit sur l’un des murs. Un slogan habituellement utilisé par les extrémistes juifs. « Nous pensons que cette attaque a des motivations nationalistes », a déclaré la porte-parole de la police.

« Le meurtre du bébé palestinien est un acte terroriste [...] nous ne permettrons pas à des terroristes de porter atteinte à la vie de Palestiniens », a déclaré le ministre israélien de la Défense, Moshé Yaalon, dans un communiqué publié quelques heures après l’attaque. Les forces de sécurité israéliennes ont été envoyés dans le village de Kafr Douma pour enquêter sur cette attaque et « pour localiser les auteurs », a affirmé un responsable militaire israélien.


L'un des slogans en hébreu inscrits par les auteurs de l'incendie criminel qui a coûté la vie à un bébé palestinien de 18 mois: «Revanche».
L'un des slogans en hébreu inscrits par les auteurs de l'incendie criminel qui a coûté la vie à un bébé palestinien de 18 mois: «Revanche».
Les groupes extrémistes israéliens s'en prennent régulièrement à des Palestiniens, Arabes israéliens ou militants pacifistes israéliens , s'attaquant également à des lieux de culte musulmans et chrétiens. 

Rfi

Vendredi 31 Juillet 2015 - 07:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter