Un confit en Gambie n’épargnera pas la Casamance (Pierre Goudiaby Atépa)

Le Collectif des cadres casamançais exhorte le Président Yaya Jammeh à transmettre le pouvoir au Président élu de la Gambie, Adama Barrow. Ces cadres qui ont fait face à la presse ce dimanche, demandent à l’homme fort de Kanilaï d’éviter que la Gambie ne sombre dans la guerre avec la menace que fait peser la Cedeao d’envoyer des troupes, s’il ne permet pas à M. Barrow de prêter serment le 19 janvier prochain.



Un confit en Gambie n’épargnera pas la Casamance (Pierre Goudiaby Atépa)
«Nous pensons que rien n’est impossible aux peuples qui veulent la paix, c’est la raison pour laquelle nous invitons le président Yaya Jammeh à accepter, en bon gentleman, de laisser le président Adama Barrow prêter serment le 19 janvier», a lancé à l’encontre de Yaya Jammeh, Pierre Goudiaby Atépa, le président de ce collectif.

Expliquant  sa position, l’architecte révèle avoir reçu la « visite d’un ami qui m’a demandé "pourquoi vous ne parlez pas à votre frère" ?»

Mais ce vœu de voir la Gambie retrouver sa sérénité est aussi motivée par le fait que «s’il y’a un conflit en Gambie, la Casamance ne sera pas épargnée mais nous, le Collectif, nous sommes conscients que la raison l’emportera et nous voulons renouveler notre solidarité au peuple gambien, en lui disant que nous ne laisserons rien lui pourrir la vie », indique-t-il.

 Dans le même ordre d’idée, le secrétaire général de ce collectif, Moussa Cissé  a renchéri en soutenant que « La Gambie est une enclave à l’intérieur du Sénégal, donc s’il y a un problème dans ce pays, nous ne pouvons pas rester insensibles et d’ailleurs, c’est pourquoi nous ne pouvons qu’espérer que la paix règne en Gambie et dans la région casamançaise».

Yaya Jammeh, au pouvoir en Gambie depuis 22 ans, conteste toujours la victoire d’Adama Barrow qui l’a battu au sortir de l’élection présidentielle du 1er décembre dernier. Et ce, après l’avoir félicité.
Malgré les appels lancés par la Cedeao et les Nations Unies, M. Jammeh continue toujours de se cramponner sur le fauteuil présidentiel.

Cependant, les cadres casamançais, même s’ils ne le souhaitent pas, se rangeront du côté de la Cedeao si elle décide d’user de la force car constatant le refus de Yaya Jammeh d’abdiquer.

Ousmane Demba Kane

Dimanche 8 Janvier 2017 - 23:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter