Un deuxième témoin charge Pistorius

Estelle Van Der Merwe, une autre voisine de l’athlète a déclaré qu’elle avait été réveillée par les sons d'une dispute tôt le 14 Février 2013.



L'athlète Oscar Pistorius s'adressant à l'un de ses avocats au cours de l'audience au tribunal le 03 Mars dernier
L'athlète Oscar Pistorius s'adressant à l'un de ses avocats au cours de l'audience au tribunal le 03 Mars dernier

"Il me semblait que quelqu'un était impliqué dans une bagarre", a déclaré cette voisine qui habite dans le même secteur que l'athlète paralympique à Prétoria.

"Les gens parlaient à haute voix" a-t-elle ajouté.

"Madame la juge, je me suis réveillé vers 1h56 du matin. J’ai entendu du bruit, des gens qui se disputaient. Ça a duré environ une heure" a-t-elle témoigné.

Pour Rudolph Zinn, expert en médicine légale, ces témoignages sont clés dès le début du procès.

"Je pense que ces témoignages sont très importants pour contextualiser et assurer qu’ils se sont disputés. Ce qui ne coïncide pas avec la version d’Oscar qu’on a entendu lors de sa demande de remise en liberté sous caution" a-t-il fait remarquer.

"Et après, les experts appelés par la défense vont interpréter les preuves physiques, balistiques pour valider la thèse de l’accident. C’est pour cela que le parquet a souhaité appeler ces témoins en premier" a expliqué le spécialiste.

Barry Roux, l’avocat d’Oscar Pistorius a d’abord tenté de déstabiliser le premier témoin appelé a la barre.

Une voisine d’Oscar Pistorius qui a affirmé avoir entendu des "cris à glacer le sang" d'une femme et des appels au secours depuis sa chambre à coucher dont la fenêtre était ouverte.

Sa maison est à 177 mètres de celle de Pistorius.

Incisif, l’avocat du champion paralympique a mis son témoignage en doute, insistant lourdement pour savoir pourquoi elle était aussi certaine d'avoir entendu quatre coups de feu alors que son mari en aurait entendu quatre, cinq, ou peut-être six.

Il a également insinué que ces présumés coups de feu étaient en fait le bruit de la batte de cricket utilisée par Pistorius pour défoncer la porte des toilettes quand il aurait réalisé qu'il avait tiré sur Reeva.

Mais Michelle Burger a maintenu sa version des faits avant de fondre en larmes.

"J’ai dit à l’inspecteur tout ce que j’avais entendu et je lui ai dit que c’est très difficile pour moi. Quand je suis sous la douche, je revis ses cris, ses cris remplis de terreur" a témoigné la dame.

Son mari, Charles Johnson, lui aussi appelé à la barre a confirmé la version de son épouse.

"Quand je suis arrivé sur le balcon, la femme continuait de crier et à ce moment-là l’intensité et la peur dans sa voix sont montées d’un cran et c’était clair que la vie de cette personne était en danger" a-t-il raconté au tribunal.

Des cris qui valideraient la thèse du procureur qui pense qu’Oscar a abattue Reeva après s’être violemment disputé avec elle.

Oscar Pistorius plaide non coupable, il avait abattu la star de téléréalité de 29 ans à son domicile, et a affirmé qu’il l’avait prise pour un intrus.

Le procès doit durer au moins jusqu’au 21 mars prochain.

Source : BBC Afrique
 


Dépêche

Mercredi 5 Mars 2014 - 09:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter