Un peu plus de 300 Sénégalais réfugiés en Belgique pour le seul motif d'homosexualité



Un peu plus de 300 Sénégalais réfugiés en Belgique pour le seul motif d'homosexualité
Damien Dermaux du service Communication, Information et Presse du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA ) de la Belgique a expliqué à Africa Check que « c’est bien le CGRA …qui se charge de l’évaluation de toutes les demandes d’asile introduites en Belgique ». Et il a déclaré que l’information selon laquelle «1839 Sénégalais ont reçu leur titre de réfugié après avoir été reconnus comme homosexuels » est « fausse, ces chiffres sont tout simplement fantaisistes !». Et pour cause, selon Dermaux, « sur les cinq dernières années (2010 – 2014), il y a eu en Belgique 1.781 demandes d’asile introduites par des personnes originaires du Sénégal et ce tous motifs invoqués à l’appui de leurs demandes d’asile confondus ».


Selon lui, le CGRA a pris durant la période de cinq ans allant de 2010 à 2014 « un total de 319 décisions de reconnaissances de la qualité de réfugié au bénéfice de personnes originaires du Sénégal et qui ont invoqué un motif lié à l’orientation sexuelle et identité de genre (cela concerne principalement l’homosexualité) ».

Des demandes d’asile pour orientation sexuelle en hausse
Damien Dermaux a relevé que de manière générale, les demandes d’asile basées sur l’homosexualité « sont en augmentation en Belgique par rapport à la situation d’il y a quelques années ». « 376 demandes d’asile – tous pays confondus – basées sur ce motif avaient été traitées par le CGRA en 2009, 528 en 2010, 823 en 2011, 1.059 en 2012, 1.225 en 2013 et 1.070 en 2014 (en légère baisse par rapport à 2013 donc) », a-t-il signalé. Pour 2015, a-t-il expliqué, « les chiffres ne sont pas encore disponibles puisqu’ils sont calculés seulement à la fin d’une année ».

Parmi les dossiers traités en 2014, 1.070 étaient des demandes d’asile basées sur une crainte liée à l’orientation sexuelle ou l’identité de genre. Ces demandes émanaient de  841 hommes et 229 femmes.
Sur ces 1.070 dossiers – tous pays confondus – 227 concernaient la prise en considération ou la non prise en considération de demandes multiples. Il y a donc eu, pour l’année 2014,  843 dossiers dans lesquels le CGRA a pris une décision au fond, c’est-à-dire une décision d’accorder ou non la protection international. Sur ces 843 dossiers traités au fond en 2014, 295 se sont clôturés par une décision positive (289 reconnaissances du statut de réfugié et 6 octrois de la protection subsidiaire), soit un taux de protection de 34,9 %. Selon la CRGA, les demandeurs d’asile ayant invoqué ce motif en 2014 provenaient de 70 pays différents. Parmi ces 70 pays de provenance, les pays africains occupent le haut du « classement » en termes de nombre de ressortissants.

Quelle est la situation de l’homosexualité au Sénégal ?
L’homosexualité est pénalement réprimée au Sénégal où elle est considérée comme un attentat aux mœurs.  Selon le code pénal, elle est considérée comme un « acte impudique ou contre nature ».
« Sera puni d’un emprisonnement d’un à cinq ans et d’une amende de 100.000 à 1.500.000 francs, quiconque aura commis un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe. Si l’acte a été commis avec un mineur de 21 ans, le maximum de la peine sera toujours prononcé », mentionne dans son alinéa 3. Interrogé par Africa Check, Seydi Gassama, secrétaire exécutif d’Amnesty International/Sénégal, a reconnu l’inexistence de protection pour les homosexuels qui font souvent l’objet de condamnation pour « actes contre-nature ». Selon lui, « l’Etat est tenu de les protéger contre les abus, s’il est informé ».

La même analyse est faite par le juriste Saliou Sambou, ancien collaborateur de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (RADDHO).Il a souligné qu’au Sénégal, « l’homosexualité est tolérée par le gouvernement mais interdite par la loi. Les homosexuels sont parmi nous mais dans l’insécurité, parce que le code pénal interdit l’homosexualité ».Au cours de ces dernières années, « beaucoup de personnes ont été condamnées pour actes ‘contre nature’ », a-t-il rappelé à Africa Check.
 
Année Nombre de demandes d’asile
2010 252
2011 397
2012 534
2013 344
2014 254
Total 1781
 Source: CGRA de la Belgique
 
Année Nombre de décisions de reconnaissance
2010 55
2011 94
2012 45
2013 73
2014 52
Total 319
 
 Source: CGRA de la Belgique

 

Africa Check

Lundi 14 Décembre 2015 - 09:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter