Un "plan Marshall" pour l’après-Ebola ?

Les présidents guinéen, sierra-léonais et libérien sont à Washington pour participer aux réunions de printemps de la banque mondiale et du FMI et trouver des fonds pour redresser leurs économies durement touchées par l’épidémie d’Ebola.



Mercredi, le chef d'État guinéen Alpha Condé, la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf et le président Sierra-Léonais Ernest Bai Koroma ont rencontré le président américain Barack Obama.

Barack Obama les a assurés du soutien américain et a souligné les "grands progrès" réalisés dans la lutte contre Ebola en Afrique de l’Ouest.

Du 17 au 19 avril, les trois chefs d’Etat assisteront à la réunion semi-annuelle de la Banque Mondiale et du Fonds monétaire international (FMI). Ils tenteront de convaincre la communauté internationale de leur allouer les fonds nécessaires au redressement de leurs économies après l’épidémie d’Ebola.

"Il est important d'arriver à obtenir que les gens nous accompagnent pour le post-Ebola, pour le renforcement de nos systèmes sanitaires, pour l'éducation, pour l'agriculture, l'infrastructure et pour que l’économie se relance", a déclaré Alpha Condé.

"Étant donné les conséquences, car Ebola c'est comme une guerre que nous avons subie, nous souhaitons l'annulation de la dette et un soutien, un plan Marshall, pour nous permettre de relancer nos activités économiques", a-t-il ajouté.

Selon les prévisions de la Banque Mondiale publiées en janvier 2015, l’épidémie d’Ebola aura couté à ces trois pays 500 millions dollars et devrait entraîner une perte d'activité de 1,6 milliard de dollars en 2015 : 540 millions de dollars en Guinée, 180 millions au Liberia et 920 millions en Sierra Leone.


BBC Afrique

Vendredi 17 Avril 2015 - 12:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter