Un poulet a attaqué ma mère: les excuses les plus délirantes pour ne pas travailler



Un poulet a attaqué ma mère: les excuses les plus délirantes pour ne pas travailler
Vous n'avez pas envie d'aller travailler et vous êtes à court d'excuses? Fini les rhumes, les maux de tête et les accès de fièvre... Le siteCareerBuilder a réalisé un sondage demandant aux employeurs les excuses les plus délirantes fournies par leurs employés pour justifier une absence. L'envie de travailler manque peut-être... mais pas l'imagination, écrit Il Corriere della Sera.

De l'employé qui affirme qu'un poulet a attaqué sa mère, à celui qui se plaint de l'entrée d'une vache dans sa maison, en passant par celui qui affirme avoir la main coincée dans une boule de bowling ou celui qui ne se trouve pas assez intelligent aujourd'hui... l'originalité n'est pas une qualité qui semble manquer aux employés américains. Pourtant, si ces alibis vous vaudront une place dans la liste des excuses les plus délirantes, ils ne vous sortiront pas du pétrin, écrit le New York Daily News.

Ainsi, toujours d'après CareerBuilder, près de 29% des employeurs ont vérifié si l'excuse de leur employé était valable, et 16% ont viré leurs employés pour avoir affirmé qu'ils étaient malades alors qu'ils ne l'étaient pas.

L'enquête révèle aussi que, au cours de l'année passée, près de 30% des employés se sont dits malades alors qu'ils ne l'étaient pas. D'autres, explique le Daily Mail, ont été plus honnêtes, et ont dit à leur employeur qu'ils avaient tout simplement besoin d'un peu de repos.

Le sondage, qui a pris en compte plus de 3.100 employés et plus de 2.400 employeurs aux Etats-Unis, révèle aussi que, si la plupart des employeurs croyent leurs employés quand ceux-ci affirment ne pas être dans leur assiette, 70% exigent une attestation médicale. La moitié des employeurs appellent l'employé à la maison, 18% le font appeler par un autre employé, et 15% se rendent chez l'employé qui se dit malade.

Le Daily Mail a établi un classement des excuses les plus délirantes, à consulter sur son site. On y trouve des histoires de tarte au potiron trop chaude, de bateau et d'implants capillaires.

Alors, laquelle choisir? Peut-être aucune. Pour Rosemary Haefner, vice-présidente des ressources humaines à CareerBuilder, «si vous avez besoin de repos, la meilleure façon de ne pas vous stresser d'avantage, c'est être honnête avec votre employeur».

sur Slate.fr :

Samedi 30 Octobre 2010 - 22:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter