Un programme de la CPI pour permettre aux Ougandais de suivre le procès Ongwen

La Cour pénale internationale a lancé à Kampala un nouveau programme en partenariat avec l'ambassade du Danemark, en plus de la collaboration déjà en cours avec les autorités ougandaises. Son objectif est de permettre aux populations du nord du pays notamment, les plus touchées par la guerre de la LRA, de suivre le procès pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité qui se déroule en ce moment à La Haye de l'ancien chef rebelle Dominic Ongwen. Ce programme a été lancé lundi 17 juillet, journée mondiale de la justice internationale, en présence notamment du greffier de la CPI.



Ce programme d'un an se divise en différents types d'actions et activités. Une nécessité selon le greffier de la CPI, Herman von Hebel, tant les demandes des populations sont nombreuses. « Nous utilisons la radio, la télévision, les plateformes de médias sociaux, et récemment notre bureau sur le terrain a lancé une plateforme SMS qui depuis avril a déjà attiré plus de 10 000 abonnés », souligne-t-il.
 
Si les attentes des populations pour une justice locale se font sentir, cette initiative est accueillie positivement par Rwot David Onen Acana, le chef traditionnel des Acholi, tribu du nord de l'Ouganda et majoritairement touchée par l’Armée de résistance du seigneur (LRA) et les attaques de Dominic Ongwen.
 
« C'est vraiment important pour nous et plus spécialement pour les communautés parce que cela comble le fossé qui existait entre ce qui se passe à la Cour à La Haye et ce qui a besoin d'être fait ici, chez nous. Nous sommes tous d'accord sur le fait qu'il faut aider notre population à comprendre ce qu'il se passe à La Haye et aider à répondre à toutes les questions sans réponse », estime-t-il.
 
Les attentes des populations du nord du pays sont immenses. Plus de 4 000 victimes sont représentées à La Haye. Mais la CPI estime que plus de 50 000 personnes pourraient avoir été touchées directement ou non par les attaques de Dominique Ongwen.
 
Le chef de la LRA recherché lui aussi par la CPI, Joseph Kony, lui court toujours. La Centrafrique fait régulièrement l'objet d'attaques de ses hommes. Les troupes américaines et ougandaises présentent en RCA, dans la région de Obo pour le traquer se sont retirées récemment estimant que la rébellion n'était plus une menace.

Rfi.fr

Mardi 18 Juillet 2017 - 11:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter