Un rassemblement de soutien aux partisans de Mohamed Morsi organisé à Dakar

Le rassemblement islamiste sénégalais avait appelé ses partisans à un rassemblement en soutien à Mohamed Morsi, le président égyptien déchu, ce jeudi 22 août. Une manifestation qui entendait dénoncer un « coup d’Etat » et la violence de la répression qui s’est abattue sur les partisans de Morsi en Egypte.



Un rassemblement s’est tenu à Dakar ce jeudi 22 août, en soutien aux partisans de Mohamed Morsi tués dans les manifestations en Egypte. AFP PHOTO / SEYLLOU
Un rassemblement s’est tenu à Dakar ce jeudi 22 août, en soutien aux partisans de Mohamed Morsi tués dans les manifestations en Egypte. AFP PHOTO / SEYLLOU
Au milieu de la place de l’obélisque, à Dakar, des hommes prient en mémoire des nombreuses victimes des manifestations du Caire. Il y a là énormément d’intellectuels, qui ont étudié dans les pays arabes, mais aussi un certain nombre d’hommes politiques. Des femmes sont également présentes, comme cette mère de famille, venue avec ses enfants. « Nous sommes touchés de voir des musulmans qui souffrent. J’ai vu à la télé des jeunes et des personnes âgées aller prier pacifiquement dans une mosquée, et l’armée les a délogés violemment. J'ai été vraiment marquée », explique-t-elle.
Pour montrer leur colère, les manifestants brandissent des photos des victimes des différentes manifestations pro-Morsi. Des images qu’ils ont téléchargées sur internet. C’est par solidarité que les manifestants se sont réunis, ce jeudi à Dakar, comme l’explique un membre de l’association Nour el houda : « Le Sénégal est un petit pays sous-développé. On ne peut rien faire, mais on peut toujours penser au verset qui dit que "Tous les musulmans sont ensemble, ils sont égaux" », martèle-t-il.
« Rompre avec la spirale des coups d'Etat »
Les manifestants dénoncent surtout un « coup d’Etat », et réclament le retour de l’ordre constitutionnel. « Nous disons simplement qu’il faut rompre avec la spirale des coups d’Etat et respecter la démocratie. Je crois que la communauté internationale doit simplement dire qu’il faut rétablir l’ordre constitutionnel, qu’ils soient des musulmans, qu’ils soient des païens, qu’ils soient des juifs, qu’ils soient des chrétiens... Ce n’est pas ça le plus important. C’est simplement un problème de principes démocratiques qu’il faut respecter », insiste le sociologue Djiby Diakhaté.
Dans un communiqué, diffusé cette semaine, le président sénégalais Macky Sall demande à l’organisation de la coopération islamique de tenir une réunion d’urgence pour « trouver une solution politique négociée de la crise égyptienne ».

Dépéche

Vendredi 23 Août 2013 - 12:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter