Un réseau de trafic d’enfants démantelé en Guinée-Bissau

Un réseau de trafic d'enfants à destination des écoles coraniques de Gambie a été démantelé en Guinée-Bissau, pays voisin. Trois trafiquants présumés ont été arrêtés, 61 enfants, âgés de quatre à onze ans, dont trois fillettes, ont été interceptés par la police à Buba, à 250 km de Bissau, lors d'une opération de contrôle de routine à l'entrée de la localité.



Une rue de Bissau, en 2012. AFP PHOTO/ ISSOUF SANOGO
Une rue de Bissau, en 2012. AFP PHOTO/ ISSOUF SANOGO
La police guinéenne a découvert 61 enfants âgés de 4 à 10 ans, entassés à l’arrière de deux camions au cours d’une opération de contrôle de routine, vendredi 15 novembre.
 
Mensonges aux parents

 
Certains d’entre eux étaient malades ou présentaient des signes de fatigue à cause des difficiles conditions de voyage. Selon la police, tous sont originaires de la région de Tombali, d’un village situé à 300 kilomètres au sud de Bissau. Ces enfants partaient pour la Gambie. «Des gens viennent d’ailleurs, pour tromper les parents, avec ce prétexte qu’ils emmènent leurs enfants pour leur apprendre le Coran. C’est ce qui s’est passé avec ces 61 enfants», expose Francisco N'dur Djata, inspecteur général des forces de police.
 
→ A (RE)ECOUTER : Guinée-Bissau: des communautés s'engagent pour les droits de la femme et de l'enfant

 
Trois hommes, organisateurs présumés de ces trafics, ont été arrêtés. La police indique que plusieurs autres personnes, dont des chefs de village, seraient impliquées dans ce réseau. L’Unicef, qui travaille avec plusieurs associations de base impliquées dans la protection des enfants, a placé les enfants dans un centre à Buba, le chef-lieu de région. « Il reste à faire un peu plus en termes de prévention. Ce sera notre agenda les prochains jours », insiste Aboubacar Sultan, le représentant de l’Unicef à Bissau.
 
■ CONSULTER : Le mouvement mondial contre le travail des enfants: Progrès et orientations futures (rapport 2012)

Source : Rfi.fr
 

Dépéche

Lundi 18 Novembre 2013 - 12:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter