Un saint catholique en Afrique australe

Benedict Daswa, un catholique converti, devenu instituteur, a été battu à mort en 1990 après s'être opposé à la sorcellerie et certaines croyances rituelles traditionnelles.



Depuis, il est devenu une figure importante de l'église catholique en Afrique australe.

Plus de 20 000 personnes sont attendues à la messe de béatification qui va avoir lieu dans le petit village de Tshitanini, au nord du pays, tout près de la maison de Benedict Daswa.

C'est le cardinal Angelo Amato qui va béatifier le premier martyr sud-africain.

Le 2 février 1990, le jour de l'annonce de la libération de Nelson Mandela, cet enseignant a été brutalement assassiné.

Ses voisins l'ont attaqué après qu'il ait refusé de payer de l'argent pour organiser une soit-disant chasse aux sorcières dans son village.

Benedict Daswa fut lynché, battu à mort un soir alors qu'il rentrait chez lui. Ses meurtriers ont versé de l'eau bouillante dans ses oreilles et ses narines.

Certains assurent qu'il a prié tout au long de son agonie. Il avait 43 ans.

Aux yeux de l'église catholique, Benedict Daswa s'est publiquement opposé à la sorcellerie et aux meurtres rituels.

Mais sa renommée ne s'est forgée en Afrique du Sud, que lorsque des villageois ont commencé à commémorer l'anniversaire de sa mort.

En janvier dernier, le pape François a annoncé que Benedict Daswa deviendrait le premier saint d'Afrique australe.

Il aura fallu 15 ans d'enquêtes et 850 pages de récits de personnes qui ont été témoins de sa vie et de sa mort pour qu'il soit reconnu martyr et que cette messe de béatification ait lieu.


BBC Afrique

Dimanche 13 Septembre 2015 - 08:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter