Une visite de l'ONU en Somalie pour soutenir le processus électoral

Le Conseil de sécurité entame cette semaine une visite de moins de 48 heures en Somalie alors que le pays doit organiser un scrutin présidentiel en août prochain. La milice islamiste shebab a promis de faire dérailler ce processus démocratique. L'ONU vient donc encourager cette élection et montrer que la Somalie est toujours sous le radar de la communauté internationale. Le Conseil de sécurité va aussi rencontrer les membres de la mission de l'Union africaine (Amisom) dont le mandat, qui doit être renouvelé à la fin du mois, pourrait être légèrement modifié pour se concentrer sur la bonne tenue des élections.



Preuve s'il en est que la situation reste très fragile en Somalie, les quinze membres du Conseil de sécurité se contenteront de rester sous très bonne garde armée à Mogadiscio lors de leur séjour dans ce petit pays de la Corne de l'Afrique où ils rencontreront tour à tour le président, le gouvernement élu et la société civile. Si l'ONU s'est régulièrement félicitée des progrès réalisés depuis quatre ans et de la formation du gouvernement de Hassan Cheikh Mohamoud, la situation sur le terrain reste très préoccupante.
 
Les shebabs, mouvement islamiste qui a prêté allégeance à al-Qaïda, continuent de pratiquer au quotidien une guerre d'usure. Et bien qu'ils aient été chassés de la capitale en 2011, ils reviennent frapper très régulièrement jusqu'au palais présidentiel pour bien marquer les esprits.
 
Le principal problème a été identifié depuis longtemps : c'est l'Amisom, la mission de maintien de la paix de l'Union africaine en Somalie forte de 22 000 soldats, mais dont l'apathie n'est plus un secret pour personne. Le Conseil de sécurité doit d'ailleurs rencontrer ses hauts responsables et il va plaider pour une refonte en profondeur de cette mission qui manque de moyens de coordination, de moyens financiers et surtout d'un commandement centralisé.
 
Il y a urgence. Au mois d'août prochain, une élection-clé, les premières au suffrage universel depuis 47 ans, doit se dérouler. Il n'est pas question qu'elle soit repoussée et ce scrutin doit être exemplaire pour relancer le pays sur la voix de la stabilité. Et l'ONU compte bien sur l'Amisom pour en faire un succès.


Source: Rfi.fr


Mardi 17 Mai 2016 - 07:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter