Usain Bolt, roi de l’Olympe

Le sprinteur jamaïcain a battu à plate couture tous ses adversaires du soir en finale du 100m. Grâce à ce deuxième sacre consécutif au JO, il rejoint Carl Lewis au panthéon de l'athlétisme mondial en devenant le second athlète à conserver son titre olympique sur cette mythique distance. Et pourtant, sa saison émaillée de nombreuses contre-performances pouvait laisser craindre le pire.



Le Jamaïcain Usain Bolt fête à sa manière habituelle sa victoire au 100m, dimanche 5 août.
Le Jamaïcain Usain Bolt fête à sa manière habituelle sa victoire au 100m, dimanche 5 août.
Usain Bolt est bel et bien seul au monde. Ce dimanche 5 août 2012, lors de la finale du 100m, le Jamaïcain a écrasé la concurrence. Aussi dangereux soient-ils, ses adversaires, son compatriote Yohan Blake (2e) et l’Américain Justin Gatlin (3e) en tête, n’ont eu droit qu’aux miettes. Le champion olympique en titre a triomphé en 9''64, établissant un nouveau record olympique.

Dans un stade olympique de Londres plein à craquer, chauffé à blanc comme jamais depuis le début des Jeux et sous les crépitements de milliers de flashes, Usain Bolt est entré à jamais dans l’histoire. Ce second sacre de rang lui permet de rejoindre l’Américain Carl Lewis au panthéon du sprint mondial. Ce dernier est en effet le seul athlète à avoir remporté le titre sur 100m lors de deux Jeux olympiques (1984 et 1988). Plus tôt dans la semaine, Bolt avait prévenu, avec l’impudence qu’on lui connaît, qu’il deviendrait « une légende» s’il parvenait à réaliser cet exploit.

Bolt fait taire tous les sceptiques

Champion olympique en 2008 et champion du monde 2009, avec à chaque fois un record du monde à la clé (9''69 en 2008 puis 9''58 en 2009), la « Foudre » a donc encore frappé. « Beaucoup de gens pensaient que j’allais me faire battre mais moi je suis venu pour accomplir ma mission », déclare un Bolt revanchard au micro de France Télévisions peu de temps après sa victoire. Revanchard car, au sortir d’une saison très moyenne, de nombreux observateurs émettaient des doutes sur ses capacités à relever l’incroyable défi.

Un sentiment renforcé à l’aune de son retentissant échec lors des championnats du monde de Daegu l’an passé. Après un faux départ en finale, il laisse le titre à son partenaire d'entraînement, Yohan Blake.

Ce scénario inimaginable crée une véritable onde de choc dans le monde du sprint, qui découvre chez Bolt d’évidentes faiblesses mentales. D’autant que depuis ce faux-pas, le natif de Trelawny semble moins tranchant, se faisant même damer le pion, à la régulière cette fois, par Blake lors des sélections jamaïquaines.

Ces contre-performances rappellent aux amateurs d’athlétisme que le roi Usain a de sérieux rivaux, prêts à profiter de la moindre opportunité. Et comme pour mieux se complaire dans cette chronique d’une disgrâce annoncée, il se montre à nouveau en-dessous de son meilleur niveau en séries, samedi 4 août, se contentant d’un chrono de 10''09 pour s’imposer.

Sauf que ce dimanche 5 août Bolt fait taire tous les sceptiques, en demi-finale d’abord, en finale ensuite, où il démontre une fois de plus que l'homme le plus rapide du monde, c’est bien lui. Une suprématie désormais incontestable et incontestée. La preuve : Yohan Blake et Justin Gatlin était tout heureux d’apprendre que c’était eux qui allaient l’entourer sur le podium.

Source: RFI


Lundi 6 Août 2012 - 12:21




1.Posté par La Griotte le 06/08/2012 12:47
Usain Bolt construit la légende d'un sprinter noir qui bat tous les records. En 1968 aux JO de Mexico, un blanc a participé activement à la légende de deux champions noirs au poing levé. Connaissez-vous cette bouleversante histoire qui relègue le racisme à la préhistoire ? Lisez UN BLANC POUR DEUX NOIRS sur le city-mag impertinent de la Griotte http://lagriotteanice.wordpress.com/2012/08/06/un-blanc-pour-deux-noirs-une-incroyable-histoire-aux-jo-de-mexico/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter