VIDEO Des Marchands ambulants sénégalais filmés en train d'agresser trois policiers à Paris

Une scène à la fois ubuesque et grave au Jardin des Tuileries (1er arrondissement) de Paris. Des vendeurs à sauvette en pleine altercation avec des policiers. Sous le coup de la colère et de la charge, il y en a parmi eux qui hurle en wolof (langue locale sénégalaise), "bayima damakoy ray (laissez moi lui regler son compte)". Pendant que ces marchands ambulants étaient de commettre leur forfait, ils ne savaient qu'une caméra était en train de tourner. La police française n'est pas privée à poster la vidéo sur le site videodepolice.com, site Internet de vidéos et de reportages sur la police nationale.



La scène a eu lieu le vendredi. La vidéo en question a été postée lundi 10 août sur le site videodepolice.com. Il s'agit, en effet, d'un "affrontement d’une extrême violence, en plein jour, contre des policiers en tenue et donc clairement identifiables" a indiqué nos confrères de 20 Minutes qui ont contacté ce mercredi, Loïc Lecouplier, du syndicat de police Alliance. Le monsieur s’est dit étonné autant qu’inquiet par cette altercation.

Les trois policiers légèrement blessés

On y voit trois policiers de la DOPC (direction de l’ordre public et de la circulation) de Paris se faire agresser par un groupe de vendeurs à la sauvette au Jardin des Tuileries (1er arrondissement). Les policiers essuient coups de poing et coups de pied et l’un des trois policiers finit même au sol. Les trois policiers ont été légèrement blessés selon les informations de la préfecture de Paris. Qui précise que l'altercation a pour origine un comportement véhément d'un des vendeurs à la sauvette vis-à-vis des policiers qui étaient présents sur les lieux.
« Les faits remontent à vendredi en début de soirée, indique Loïc Lecouplier du syndicat Alliance. Ces policiers de la DOPC sont chargés de surveiller Paris plages mais aussi d’intervenir sur d’autres délits constatés. Comme le contrôle de vendeurs à la sauvette. » Ces vendeurs à la sauvette ont tendance à prendre leurs jambes à leur cou à la vue des policiers. « Qu’ils aillent à l’affrontement direct, comme ce vendredi, est à mon sens une première », reprend Loïc Lecouplier.

Cinq mois de prison ferme pour l’un des agresseurs ?

Selon Loïc Lecouplier, qui dit avoir eu l’information « d’une source fiable », un des agresseurs a été interpellé. Selon le syndicaliste, « il a été jugé ce lundi après-midi et condamné à cinq mois d’emprisonnement ferme avec mandat de dépôt. »

Jean Louis DJIBA

Jeudi 13 Août 2015 - 12:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter