VIDEOS Après le gèle de tous les biens de Habré, le procureur demande son maintien en détention et décline les crimes

Hissène Habré est présenté au juge d'instruction ce mardi. Le procureur général près des Chambres Africaines Extraordinaires va demander le gèle de tous les avoirs et bien de l’ex-président Tchadien. Mbacké Fall l’a déclaré lors d’une conférence de presse tenue ce lundi 1er juillet 2013 au siège de ladite institution suite à l’arrestation de Hissène Habré. Le procureur plaide déjà pour que Habré soit maintenu dans les liens de la détention.



«Nous avons demandé la pratique de mesures conservatoires sur tous les biens de l’inculpé. Dans le cadre de la procédure, nous n’aimerions pas que s’il doit dédommager des victimes qu’il déclare faillite», a déclaré le procureur général près des Chambres Africaines Extraordinaires, Mbacké Fall.
 
L’ancien chef d’Etat Tchadien sera présenté au juge d’instruction ce mardi. Mbacké Fall a précisé que «Le délai de garde à vue va expirer dès demain (aujourd’hui lundi) et il sera présenté au juge d’instruction qui libre. Nous allons travailler sur la base de réquisitions».




Le procureur général va demander le maintien de Hissène Habré dans les liens de la détention. Il a avancé que le présumé auteur de ces crimes doit rester à la disposition des juges et c’est pour qu’il n’active pas ces anciens raisons pour entraver la bonne marche de l’instruction.

Selon le procureur général, Habré est poursuivi pour "crime contre l'humanité, crime de guerre et crime de torture". Pour ces trois types de crime, "nous le poursuivons lui-seul pour crime de guerre. Pour ce qui est de ces complices comme les anciens directeurs, son neveu, Saleh Younouss, le premier directeur de la DDS qui a eu à coordonner toutes ces activités criminelles, Ababacar T. Rahma qui était régisseur et qui a participé à des tortures, ils seront également poursuivis pour crime contre l’humanité et crime de torture".
 


Interpellé sur le cas de l’actuel président du Tchad, Idriss Déby qui était le commissaire des services secrets de Habré au moment des faits, Mbacké Fall a laissé entendre dans ces déclarations liminaires : «il est hors de nos prétentions de poursuivre toutes les personnes impliquées dans cette affaire». 


Mardi 2 Juillet 2013 - 03:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter