VIDEOS Arrestation de Karim Wade: Le PDS et ses alliés dans la rue le 23 avril

Les libéraux et leurs alliés veulent en découdre avec le pouvoir. Ils ont prévu une marche nationale le 23 avril prochain, des tournées à Dakar et à l’intérieur du pays. La réunion extraordinaire du Comité directeur tenue ce mardi 16 avril 2013, à la suite de l’arrestation de Karim Wade et ses acolytes a été l’occasion pour les jeunes et les plus téméraires de lancer des bravades et d’exiger un «combat de rue» contre le régime de Macky Sall. La permanence du PDS a été pleine comme un œuf et électrique. Des journalistes ont été bousculés et injuriés.



L’arrestation de Karim Wade et six de ses amis pourrait revigorer le Parti démocratique Sénégalais (PDS) et ses alliés. En effet, c’est la remobilisation des troupes et la renaissance de l’instinct guerrier chez les libéraux. La déclaration du coordonnateur du PDS qui a suivi la réunion extraordinaire du Comité directeur a été entrecoupée par des jeunes surexcités qui n’ont cessé de scander des slogans de guérilla. «Fini les discours, on doit descendre dans la rue maintenant. Le 23, c’est trop loin. Macky doit savoir de quel bois on se chauffe». Ces discours ont été repris en chœur aussi bien par les jeunes que les femmes.
 

Le Coordonnateur national du PDS, Omar Sarr a condamné vivement l’arrestation de Karim Wade avant de s’en prendre à la Justice particulièrement à la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI). Comme réponse à l’arrestation de leur frère de parti, Karim Wade, les libéraux ont décidé de faire une tournée de remobilisation mais aussi de persuasion de leurs différents partenaires et alliés. C’est dans le but d’organiser une grande marche nationale le 23 avril prochain. L’itinéraire de la marche n’a pas encore été fixé. «Nous voulons nous conformer à la loi, c’est pour cela que nous avons décidé de marcher le 23 sinon on pouvait l’organiser maintenant. Nous voulons respecter les trois jours francs fixés par la loi». C’est à ce niveau que les militants surexcités ont encore interrompu son intervention. «Il (ce régime) ne connait pas la loi, on doit marcher par la force avec ou sans autorisation», ont-ils scandé.

A côté de cette manifestation phare, les libéraux ont aussi prévu de faire des marches départementales à l’intérieur du pays.
 
Des  alliés du PDS ont été également à la réunion extraordinaire du Comité directeur. Demba Dia du Mouvement pour l’Action et la Citoyenneté (MAC) a pris la parole en leur nom. L’artiste compositeur et politicien a chauffé la salle. Il a harangué la foule en rendant hommage à l’ancien président de la République. Il a été plus tranchant qu’Omar Sarr. Il a tout de go demandé aux militants et responsables de l’opposition de descendre dans la rue pour faire face au pouvoir en place. «C’est un régime à la solde de la France. Il doit nous édifier sur l’affaire de la dépénalisation de l’homosexualité».

Demba Dia a souligné que «le combat contre ce régime commence véritablement le 23 avril et cela sera l’occasion pour nous de l’opposition qu’on leur montre que nous savons occuper la place de l’indépendance et celle de l’Obélisque».
 
Le communicateur traditionnel, Mbaye Pekh a tenu à montrer qu’il ne fait pas partie des griots transhumants. Arrivé en retard, il s’est frayé du chemin jusqu’à la table. Après Demba Dia, il s’est saisi du micro pour une mise en garde. «Karim est un jeune homme bien portant qui ne fume pas, qui ne se drogue pas et qui est très bien éduqué», a-t-il signalé au gouvernement en place.  




Mardi 16 Avril 2013 - 22:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter