VIDEOS & DIAPO - Bamba Dièye: "Nous avons une concession aujourd'hui, mais demain nous marcherons par force"



La violence a été évitée de justesse ce lundi 20 février après midi. Le candidat et leader du Front pour le Socialisme et la Démocratie/Bennoo Jubbel (FSD/BJ), Cheikh Bamba Dièye qui a initié la manifestation du M23 à la place de l’Indépendance a préféré le compromis plutôt que la confrontation. Arrivé sur les lieux aux alentours de 17h 20mn avec sa sécurité et militants, le membre de la conférence des leaders du M23 s’est arrêté sur l’avenue Georges Pompidou à l’entrée de la rue Mohamed V. De ce point, il a fait un petit speech avant qu’un colonel de la police le convoque pour discuter et dialogue. En ce moment précis, il y a eu un peu de tension mais, le leader du FSD/BJ a pesé de tout son poids pour que cela ne dégénère pas.

C’est après avoir trouvé un compromis avec la hiérarchie de la police qu’il s’est résolu avec son staff à rebrousser chemin avec une petite escale au rond point Sandaga pour s’adresser encore à la presse.

«Demain encore selon la consigne du M23, nous allons revenir à la place de l’indépendance. Tous les autres leaders sont en marche. Si nous leur avons fait une concession, c’est que demain nous ne voulons voir personne nous barrer la route de la place de l’indépendance», a martelé Cheikh Bamba Dièye.

Il a, ainsi, interpellé la Communauté internationale pour dire : «nous leur avons donné gage que nous savons prendre nos responsabilités. Mais demain, c’est à eux de prendre leur responsabilité parce que nous marcherons sur la place de l’Indépendance et la communauté internationale devra témoigner. Nous avons fait le sacrifice qu’il fallait, maintenant c’est à eux de montrer qu’ils sont à la hauteur des missions dont ils ont en charge».

Le leader du FSD/BJ a fait tenu à faire comprendre que «Abdoulaye Wade n’est pas éternel. Il restera un moment et il partira nécessairement et très bientôt. C’est avec ces leaders du M23 que ce pays devra se reconstruire».

Le membre de la conférence des leaders du Mouvement des Forces Vives de la Nation du 23 juin d’expliquer pourquoi cette concession d’aujourd’hui. «Au niveau du M23, le souci que nous avons c’est de protéger les citoyens, c’est de faire en sorte que ce pays soit sauf, que les gens puissent vaquer à leurs occupations sans restriction de liberté. Nous leur avons fait comprendre que nous sommes déterminés à marcher, à avancer».

Et d’ajouter : «on leur a donné encore une fois de plus qu’ils ont affaire à de véritables patriotes devant eux. Nous avons décidé volontairement de renoncer à la place de l’Indépendance et de marcher avec les citoyens et de venir à la place Sandaga qui était aussi interdite».

Cheikh Bamba Dièye a souligné : «Je crois qu’ils ont compris c’est pourquoi nous sommes là sur cette place qui était interdite pour parler à nos compatriotes. Cela veut dire qu’il y a possibilité encore pour que nous puissions nous entendre sur l’essentiel, sur l’œuvre que nous avons ensemble qui est de construire notre pays. Nous ne sommes pas en guerre, nous n’avons pas d’adversaire, nous avons un gros problème c’est Abdoulaye Wade. Il faut qu’il sache qu’il n’a plus de place dans cette République».


Lundi 20 Février 2012 - 20:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter