Veille du Groupe Consultatif à Paris : Le Professeur Moustapha Kassé met à la poubelle le Plan Sénégal Emergent et déchire le rapport de la CNRI



Le Plan Sénégal Emergent (PSE), c’est le document que le chef de l’Etat va mettre demain sur la table à Paris au siège de la Banque mondiale pour la recherche d’un financement additionnel de 2 964 milliards de FCFA pour son  Plan d’Actions Prioritaires (PAP 2014-2018). Et pour la première fois c’est le chef de l’Etat en personne qui s’engage pour la réussite de ce rendez-vous et non le Premier ministre comme c’était le cas dans le passé.

Seulement ce document ne tient sur rien selon le Doyen Honoraire de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de l’Université de Dakar. Pour le Professeur Kassé s’il s’agissait d’analyser le document du Plan Sénégal Emergent (PSE), cela ne tiendrait pas sur une feuille de chou.
 
Le Professeur qui était dans l’émission Remue-ménage de la Rfm ce dimanche explique qu’un tel travaille devrait soulever principalement quatre questions. Quelles sont les tendances lourdes de l’économie ? Qu’est-ce que vous visez ? Quels sont les acteurs avec qui on va travailler pour la réalisation des objectifs ? Et enfin comment vous allez financer ce plan ? Tout cela n’est pas le cas dans le PSE selon Moustapha Kassé qui parle de manque de références et des  tableaux qui semblent tomber du ciel. Le Professeur qui dit avoir travaillé dans des plans de ce genre pour la Côte d’Ivoire et le Burkina tempère même les ardeurs après les accords en Chine car il parle juste d’intention de financement  sur des projets ficelés car il y a une différence entre  les intentions de projets et les projets biens ficelés.

Concernant le rapport de la CNRI, le Professeur Moustapha Kassé trouve que le document est trop faible et ne règle aucun problème des Sénégalais. Pour le Professeur les questions comme quelle République nous voulons, quelle administration, pour le développement de notre pays ne trouvent pas de réponse dans ce document alors que l’objectif de toute institution c’est pour le développement explique l’économiste.

Très dur avec les auteurs du rapport de la CNRI, le Professeur Moustapha Kassé pense que ce n’est pas honnête de dire qu’on a travaillé au nom des Sénégalais alors que ce n’était pas le cas car au-delà du fait que tous les sénégalais n’étaient pas associés dans ce travail, il n’y a aucun sondage par exemple qui dit que ce sont là, leurs préoccupations.
 
 

Matar Séne

Dimanche 23 Février 2014 - 12:27




1.Posté par Gor sanu le 23/02/2014 15:58

Frustration et Jalousie de gens qui souffrent de n4etre pas au coeur du PSE

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter