Venezuela: après le grand retour, l'euphorie des chavistes

Le président Chavez est revenu au Venezuela après une hospitalisation de plus de deux mois à Cuba. Il est rentré dans la nuit de dimanche à lundi 18 février au pays, en toute discrétion, sans caméra. A Caracas, son retour est accueilli comme une victoire par ses partisans. Reportage.



Venezuela: après le grand retour, l'euphorie des chavistes

 

« Il est revenu ! Il est revenu ! » Le refrain résonne depuis l'aube dans les rues de Caracas. Les Vénézuéliens ont appris le retour d’Hugo Chavez vers 6 heures du matin. Dès lors, une ambiance de carnaval a gagné la capitale. Des sympathisants se sont regroupés sur la Plaza Bolivar, dans le centre historique, et fêtent le retour de leur président.

Benarly Nava travaille au ministère de l’Education. Elle a décidé de prendre une journée de congé pour marquer l’événement. « A 6 heures ce matin, j’ai consulté comme tous les matins le compte Twitter du président, relate-t-elle. Là, j’ai vu qu’il annonçait son retour au pays. Ca a été une émotion totale ! C’est un miracle qu’il soit revenu ! Aujourd'hui, c’est la seule chose qui compte ! »
Ce retour n’est pas synonyme de guérison. Hugo Chavez ne retrouve pas le pouvoir. Le vice-président Nicolas Maduro continue d’assurer l’intérim. « El Comandante » a été transféré à l’hôpital militaire de Caracas. Pas une seule image de lui sur le sol vénézuélien n’a été diffusée.

Cette discrétion alimente l’inquiétude sur le réel état de santé du président. Les derniers bulletins médicaux évoquent des complications et des insuffisances respiratoires, deux mois après son opération. Hugo Chavez a subi une trachéotomie qui l’empêcherait de parler. Ses partisans se chargent de donner de la voix pour lui.

20 MOIS DE BATAILLE CONTRE LA MALADIE
Le cancer d'Hugo Chavez a été détecté durant l'été 2011. En juin 2011, un abcès pelvien lui est retiré d'urgence à La Havane. 20 jours plus tard, une tumeur est extraite, et « El Comandante » rend publique sa maladie. Puis il subit plusieurs semaines de chimiothérapie à Cuba. M. Chavez en sort marqué, ce qui ne l'empêche pas de se déclarer guéri, en octobre 2011. Pourtant, il n'en est rien.

Au printemps 2012, le président subit une nouvelle opération et des séances de radiothérapie, toujours à Cuba. A quelques semaines de la présidentielle, le temps presse. En juillet 2012, M. Chavez se dit de nouveau « totalement guéri ». Il remporte l'élection présidentielle du 7 octobre, mais ne peut débuter son mandat. Il repart à Cuba, officiellement pour des séances d'oxygénation, puis rentre au Venezuela pour annoncer qu'il doit subir une nouvelle opération.

Pour la première fois, Chavez délègue une partie de ses pouvoirs à son vice-président Maduro. Après sa quatrième opération, « El Comandante » souffre d'une infection pulmonaire. Le gouvernement parle de trachéotomie. Pour faire taire les rumeurs, la télévision d'Etat diffuse vendredi dernier des photos : on y voit M. Chavez allongé sur son lit d'hôpital à La Havane, souriant, et entouré de ses deux filles.
 
 
Dépêche RFI


Mardi 19 Février 2013 - 13:03



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter