Verdict procès: Abdoul Mbaye face à son destin, ce jeudi

L’ancien Premier ministre du premier gouvernement du président Macky Sall risque un an de prison ferme pour «faux, usage de faux et tentative d’escroquerie» dans l’affaire qui l’oppose à son ex-femme, Aminata Diack. Le verdict du Tribunal correctionnel est attendu ce jeudi.



Les ex-époux Mbaye s’accusent chacun de «tentative d’escroquerie». D’où la jonction des deux (2) procédures, «pour une bonne administration de la Justice», selon les propres termes du juge Ndary Diop.

Soulevant «l’exception de la chose jugée relativement à la procédure», le ministère public formule la relaxe pure et simple en faveur de Aminata Diack dans la mesure où «aucun grief ne peut (lui) être reproché» et requiert six (6) mois avec sursis pour «le délit de faux» et 50.000 F CFA d’amende contre Adama Thiam et deux (2) ans de prison dont un (1) an ferme contre Abdoul Mbaye pour tentative d’escroquerie et 600 millions d’amende.

Pour Mes Boubacar Koïta et Cie, conseils de Aminata Diack, «la volonté d’Abdoul Mbaye était d’annuler l’option de la communauté de biens et que la mention reste à son nom. Il a voulu spolier madame Aminata Diack».

«Je n’ai jamais eu l’intention de tromper qui que ce soit… Je ne vois pas un bien de madame Aminata Diack que je tenterai d’escroquer… Durant trente (30) ans de mariage, j’ai eu la charge exclusivement de mon foyer. A 50 ans, je lui ai offert un chèque de cinquante (50) millions de F CFA», clame le président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (ACT) dont les avocats s’étonnent que «le Doyen des Juges n’ait jamais cru devoir convoquer le Greffier en chef» pour «chercher» la fameuse ordonnance du Tribunal.

Mieux, en présence de deux (2) actes avec le régime de la séparation de biens et le régime de la communauté de biens, ce sont les deux (2) parties, Abdoul Mbaye et son ex-épouse qui devaient être poursuivies, enfoncent-ils le clou. «Karim est exilé, Khalifa Sall en prison, qu’on nous laisse notre Abdoul Mbaye», clament-ils.

Poursuivi «pour avoir eu à procéder un changement dans un acte», Adama Thiam soutient «n’avoir fait qu’exécuter un ordre». «Le Greffier en chef, Yacinth Gomis est venu à l’état-civil. Accompagné d’un agent du Tribunal, il était muni d’une ordonnance du Tribunal départemental. On dépend dudit Tribunal. J’ai exécuté (l’ordre) dans la minute», se défend-il. 


Jeudi 18 Mai 2017 - 01:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter