Vers une mise en demeure d’Aïda Diongue ? Le procureur spécial, Alioune Ndao en possession des conclusions des enquêtes

Les choses se corsent pour la responsable du Parti Démocratique Sénégalais (PDS). Elle serait sur les traces de Karim Wade, première victime de la traque des biens dits mal acquis. Alerté par la sortie du Procureur de la République, Serigne Bassirou Gueye qui faisait part de pas moins de 47,675 milliards découverts dans les coffres d’Aïda Diongue, le procureur spécial près de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI), Alioune Ndao est en possession des conclusions des enquêtes de la Division des Investigations Criminelles (DIC). Une mise en demeure en vue contre Aïda Diongue qui devra s’expliquer sur ses biens.



Vers une mise en demeure d’Aïda Diongue ? Le procureur spécial, Alioune Ndao en possession des conclusions des enquêtes
En effet, la DIC vient de déposer les conclusions de ses enquêtes dans le cadre de l’affaire du plan Jaxaay sur la table du bras armé de la traque des biens dits mal acquis. Ceci, au moment où la Section de Recherches (SR) de la gendarmerie de Colobane vient de boucler ses enquêtes dans les comptes bancaires d’Aïda Diongue à la CBAO-Attijari. Dans le cadre de cette affaire qui vaut à l’ex mairesse des HLM et ancienne sénatrice un séjour en prison depuis le 17 décembre dernier, ses deux (2) antennes de la justice ont travaillé ensemble. D’une part, le Procureur de la République et d’autre part, la CREI. Le premier a diligenté une enquête dans le cadre des malversations du fumeux plan Jaxaay, le programme du gouvernement chargé sous Wade de reloger les victimes des inondations dans la banlieue dakaroise dont la détenue du Camp pénal avait été attributaire de marchés notamment pour doter le programme de produits phytosanitaires. Ce qui a été, livre le journal « enquête », l’occasion d’enrichissement illicite de responsables libéraux, du ministre de l’habitat d’alors Oumar Sarr à son ancien directeur de cabinet, Abdoul Aziz Diop. Serigne Bassirou Gueye qui vise le détournement de deniers publics, faux et usage de faux, complicité de détournement de deniers publics. Les sommes dévoilées étant faramineuses, la CREI s’était autosaisie.


Mercredi 29 Janvier 2014 - 11:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter