Vers une sécession à l’AFP: Les voies qui s’offre à Gackou face à Niasse

Le leader de l’Alliance des forces de progrès (Afp), Moustapha Niasse a déclaré ce lundi à Dakar qu’il demeure et reste à la tête de son parti. Il ajoute aussi qu’il ne va cautionner aucune candidature au sein de l’Afp contre le président, Macky Sall. Le N°II de l’Afp, Malick Gackou va-t-il rester au sein de la formation progressiste ? Il est en train de fourbir ses armes et une partie des cadres, des jeunes et des femmes sont avec lui.



Vers une sécession à l’AFP: Les voies qui s’offre à Gackou face à Niasse
En tout cas, au lendemain de sa démission du gouvernement d’Abdoul Mbaye, l’ancien président du Conseil régional de Dakar avait déclaré qu’il ne travaillera plus pour personne. Il semblait vouloir dire qu’il va prendre en main son destin politique. A côté de cette décision, nombreux sont les Sénégalais qui lui prêtent des ambitions présidentielles. Et Malick Gackou ne semble pas contredire les propos de ces derniers. Et pour cause, il multiplie des activités dans la banlieue dakaroise, principalement à Guédiawaye où son nom est de plus en plus cité lors des manifestations politiques ou à caractère social.  

L’âge du leader de l’Afp qui aura plus de 70 ans à la présidentielle de 2017 semblait également être un facteur pouvant expliquer des ambitions présidentielles pour l’ancien ministre des Sports.  Mais comprenant  les résistances qui commençaient à se faire entendre, Malick Gackou est récemment monté au créneau pour dire qu’il ne s’opposera jamais à Moustapha Niasse.

Mais la sortie de Moustapha Niasse suscite beaucoup d’interrogations sur l’avenir politique de Malick Gackou. S’il a les ambitions présidentielles qu’on lui colle, Malick Gackou va sans doute prendre ses responsabilités. Trois voies s’offrent à lui : quitter l’Afp et créer un parti en direction de la présidentielle de 2017, rester dans le parti et attendre la présidentielle de 2022 ou créer un courant au sein du parti qui va aboutir à une défenestration du leader de l’Afp. La troisième hypothèse semble irréaliste si on sait l’emprise que les leaders ont souvent sur leur parti. Moustapha Niasse est sans doute le principal bailleur de son parti. Autrement dit, l’Afp lui appartient.  Le second est visiblement difficile à être réalisé. D’aucuns estiment qu’attendre 2022  serait synonyme de manque drastique d’ambitions pour Gackou.  Quel choix va-t-il faire ? Au fur et à mesure que 2017, l’ancien ministre va sans doute décider de ce qui sera son avenir.


Mercredi 12 Mars 2014 - 09:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter