Video : L'infanterie et les blindés israéliens aux portes de la ville de Gaza

Des dizaines de familles fuient vers le sud à l'approche des blindés. Tsahal s'est enfoncée cette nuit à plusieurs kilomètres de la frontière. Le ministre israélien de la Défense Ehoud Barak prévient que l'opération sera longue.



L'armée israélienne est arrivée dimanche matin 4 janvier aux portes de la ville de Gaza, à plusieurs kilomètres de la frontière avec Israël. Des blindés et des unités d'infanterie ont été signalés par des témoins dans le secteur de l'ancienne colonie de peuplement de Netzarim, évacué lors du désengagement de la bande de Gaza durant l'été 2005, à trois kilomètres au sud de la ville de Gaza, la principale agglomération du territoire. (> Les événements heure par heure)
Ces témoins ont fait état de "cinquante blindés", notamment des chars lourds Merkava, transports de troupes et bulldozers, qui se sont déployés dans ce secteur, autour d'un carrefour stratégique coupant en deux la route principale nord-sud de la bande de Gaza.


Progression rapide

Des dizaines de familles fuyaient le secteur vers le sud en voitures, dans des camions, à l'approche des blindés israéliens, toujours selon les témoins.
"Nos forces ont atteint les objectifs qui avaient été fixés pour empêcher les tirs de roquettes. L'opération progresse plus vite que prévu", a déclaré le porte-parole de l'armée, le général Avi Benyahou.
Par ailleurs les forces israéliennes procèdent à des opérations de ratissage systématiques et à des arrestations, selon ces sources.
Outre le secteur de l'ancienne colonie de Netzarim, les forces israéliennes opèrent sur trois autres axes dans le nord de la bande de Gaza, selon des sources militaires, .
Appuyés par l'artillerie et l'aviation, les forces israéliennes se heurtent à ce stade à une résistance plus faible que prévue, selon ces sources.

"Cimetière"

Israël a lancé samedi soir une offensive terrestre, avec des milliers de soldats appuyés par des colonnes de chars et des hélicoptères de combat. Les autorités israéliennes s'attendent à de longs combats après huit jours de frappes aériennes qui n'ont pas permis à Tsahal de mettre un terme aux tirs de roquettes sur Israël.
Un porte-parole du Hamas, Ismaïl Radouan, a averti que Gaza deviendrait un "cimetière" pour les forces de l'Etat hébreu. Le Mouvement de la Résistance islamique a menacé de commettre de nouveaux attentats-suicides en Israël, et promis de tuer et d'enlever les soldats de Tsahal.
Des ambulances militaires ont commencé à transporter des blessés vers un hôpital de Beersheba, dans le sud d'Israël. Trente soldats israéliens ont été blessés aux premières heures de l'offensive, selon les chiffres communiqués par l'armée, ainsi que des "dizaines" de militants palestiniens.

Tenue de camouflage

L'opération "ne sera pas facile" et prendra du temps, a prévenu le ministre israélien de la Défense Ehoud Barak à la télévision, deux heures après l'entrée de Tsahal dans la Bande de Gaza. La télévision a montré des soldats en tenue de camouflage, le visage peint, avançant en file. Alors que les troupes progressaient, des raids aériens étaient menés par Israël sur Gaza. Des F-16 ont frappé trois cibles en l'espace de quelques minutes, dont une installation de sécurité du Hamas qui contrôle l'étroite bande côtière depuis son coup de force en juin 2007.
Des bruits d'explosions pouvaient être entendus dans la ville de Gaza, les tirs secouant les immeubles. Des habitants de Gaza ont expliqué que des troupes israéliennes avaient été aperçues dimanche avant l'aube dans la localité de Beit Lahiya, au nord de Gaza.
Des bruits de combats intenses étaient entendus à l'est de la ville, vers la frontière avec Israël.

"Ce sera une longue opération"

Dans la ville même, la radio Al Aqsa dirigée par le Hamas était en flammes après une frappe de missile. Le personnel avait évacué l'immeuble il y a environ une semaine au début de l'offensive israélienne, et la station a continué à émettre depuis un autre endroit.
D'après des responsables des services de sécurité, les soldats ne sont pas immédiatement entrés dans les villes de la Bande de Gaza où les combats risqueraient d'être plus meurtriers. "Nous avons beaucoup, beaucoup de cibles", a déclaré le commandant Avital Leibovich, porte-parole de l'armée israélienne. "D'après mes estimations, ce sera une longue opération".
Tsahal a lancé son offensive le 27 décembre après que le Hamas eut décrété la fin d'une trêve de six mois le 19 décembre et multiplié les tirs de roquettes. Le Premier ministre Ehoud Olmert, cité par un responsable gouvernemental ayant requis l'anonymat, a affirmé à son cabinet de sécurité que renverser le Hamas n'était pas son objectif.
Le gouvernement israélien a annoncé la mobilisation de dizaines de milliers de réservistes dans le cadre de l'élargissement de l'offensive "plomb durci". Environ 10.000 militaires israéliens étaient massés à la frontière ces derniers jours, selon des sources au ministère de la Défense.
D'après des responsables des services de santé de Gaza, plus de 480 Palestiniens ont été tués dans les frappes aériennes d'Israël, destinées à mettre fin aux tirs de roquettes palestiniens, qui ont coûté la vie à quatre Israéliens depuis le 27 décembre.

Source : AP et Video : France 24

AP et France 24

Dimanche 4 Janvier 2009 - 11:06




1.Posté par yahoo le 05/01/2009 09:31
Il est vrai que le Hamas ne peut pas faire le poids et a peu de chance de réitérer le coup du hezbollah mais j'ai constaté qu'il n'y a pas plus hypocrite que les français même leurs couvertures sont carrément partisanes.
C'est dommage que les arabes soient aussi lâches!
Comment l'humanité peut regarder autant de mort et chercher à justifier le bon droit d'Israel?
Pour les occidents, un musulman et un nègre valent moins qu'un chien errant.

2.Posté par yahoo le 05/01/2009 09:39
A entendre les reporters français on a l'impression qu'ils en jouissent en se masturbant des images et des paroles des dirigeants juifs.
Il faut que les occidentaux arrêtent de supporter Israël en se sentant toujours coupables de l'holocauste (et la traite négrière?).
C'est comme si toute l'humanité se sent coupable et doit continuer à payer des actes d'Hitler ad vitam eternam.
Y'a n'a vraimet marre.
J'ai remarquer que utile facilement l'expression "terroriste musulman" pour tout justifier.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter