Violences et voies de fait : Un agent municipal et des agents de l’Asp traînés devant le procureur

Idriss Samb, le conseiller municipal à traduit en justice Seyni Faye le chargé des finances ainsi que des éléments de l’Agence de Sécurité de proximité (Asp). Il les accuse de l’avoir malmené, brutalisé et jeté en dehors de la mairie comme un vulgaire malfrat alors qu’il veut juste récupérer son argent. Une plainte, a ainsi été déposée devant le délégué du Procureur, à leur encontre.



L’agent municipal qui officie au Conseil départemental de Rufisque, Seyni Faye est traduit en justice par le conseiller municipal à la mairie de Rufisque Nord. Une plainte a été déposée sur la table du Procureur, par ce dernier, à l’encontre  de l’agent municipal, mais également contre les agents de l’Asp qui sont en faction au niveau de la mairie. Il s’agit d’une affaire d’argent. En effet, si l’on en croit Idrissa Samb, le conseiller municipal à la mairie de Yeumbeul Nord, il gère un restaurant dans les environs. Engagé comme traiteur, il servait des plats au déjeuner au niveau de la mairie. Agent municipal chargé des finances au niveau du conseil départemental de Rufisque, Seyni Faye lui doit ainsi 210.000 F CFA, selon lui, puisqu’il a attendu des mois sans se faire payer.

Le 23 septembre dernier il s’est rendu au conseil départemental vers 13 heures pour recouvrer ses sous. Alors qu’il attendait de rencontrer le chargé des finances de la mairie de Rufisque, ce sont les agents de l’Asp qui sont venus le trouver. Ces derniers loin d’être des enfants de chœurs, l’ont tout simplement « malmené » et « brutalisé » devant tout le monde avant de le prendre par le collet pour le chasser. Il s’est ainsi senti, humilié dans sa chaire, d’autant que les fait ses sont passés en public. Et son seul tort c’est de vouloir récupérer son sous.

C’est pourquoi, il ne s’est pas fait prier pour déposer sa plainte sur la table du délégué du Procureur de Rufisque, les poursuivant pour violence et voies de fait. A la plainte, il a joint un certificat médical avec une incapacité  temporaire de travail de huit jours, rapporte le journal « L’As».


Samedi 3 Octobre 2015 - 09:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter