Virus Ebola: la CAF ne veut pas de matches en Guinée et Sierra Leone

La Confédération africaine de football (CAF) a annoncé ce 12 août 2014 qu’elle s’opposait à la tenue de matches en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, trois pays où le virus Ebola fait des ravages en Afrique de l’Ouest (plus de 1 000 morts). Les Guinéens et les Sierra-Léonais doivent trouver un pays d’accueil pour leurs rencontres d’éliminatoires de la CAN 2015, prévus en septembre prochain.



La Confédération africaine de football (CAF) est sortie de son silence au sujet d’Ebola, un virus qui a fait plus de 1 000 morts en Afrique de l’Ouest. Dans un communiqué daté du 12 août, la CAF explique qu’elle « maintiendra ses calendriers de matches sur l’ensemble du continent africain, à l’exception de trois pays : la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, ces derniers ayant enregistré un nombre de cas important ».

La CAF répond ainsi aux inquiétudes grandissantes sur le sort des joueurs qui doivent disputer des matches dans la sous-région, surtout ceux qui vont débuter la phase de groupes des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2015, en septembre prochain.

« La CAF a décidé de demander aux trois fédérations (concernées) de délocaliser dans un pays neutre les matches de leurs équipes participant aux compétitions de la CAF, et ce pour une période allant jusqu'à la mi-septembre 2014 », poursuit le communiqué.

La Sierra Leone veut jouer au Ghana

L’équipe de la Guinée-Conakry devait accueillir celle du Togo le 5 septembre, avant de se déplacer en Ouganda le 10 septembre, en éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2015. De son côté, la Sierra Leone est attendue à Abidjan le 6 septembre, avant de recevoir l’équipe de RD Congo le 10 septembre. Les Libériens ne sont pas qualifiés pour le dernier tour des éliminatoires de la CAN 2015.

Les dirigeants sierra-léonais ont obtenu l’accord de leurs homologues ghanéens pour jouer leur match « à domicile » au Ghana. Sous réserve que les autorités sanitaires ghanéennes donnent leur accord… L’inquiétude et la prudence restent de mise en Afrique, face au virus Ebola.

La CAF assure avoir pris sa décision en s’appuyant sur « l’avis de plusieurs experts médicaux » et sur un avis officiel de l’Organisation Mondiale de la Santé qui préconise «d’éviter tout rassemblement de masse qui pourrait faciliter la propagation du virus Ebola ».

Source : Rfi.fr
 



Mercredi 13 Août 2014 - 12:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter