Vive tension à la Cité Tobago: des populations prêtes à mourir,...



C’est la reprise des opérations de démolition à la cité Tobago. Ce matin la zone a été totalement quadrillée par les forces de l’ordre. Les habitants dénoncent un acte injustifiable. Si l’on n’y prend garde, on pourrait assister à un péril humain. Car certaines familles comptent rester dans les chambres pour qu'on les emporte avec leur bâtiment. 

 
Cette seconde phase de démolition concerne des maisons construites et déjà habitées par des populations, qui, au moment où ces lignes sont en train d’être écrites, promettent d’y laisser leur vie plutôt que d’être déguerpies. «S’ils continuent la démolition, il y aura des morts dans ce pays. Ce qui se passe est que depuis 2009, les gens ont commencé à construire leur maison. D’autres ont fait des prêts bancaires, certains ont vendu leur maison en venant ici. Et que dans un pays sous-développé où le président dit qu'il y a un gap de 30 000 logement à résorber pour qu'on puisse démolir plus de 400 logements ici à l’intérieur de Dakar ».
 

 Les autorités étatiques avancent des raisons sécuritaires. Selon elles, ces constructions perturbent l’envol et l’atterrissage des avions. « C’est un Etat qui a pris la responsabilité de sécuriser les périmètres aéroportuaires. Maintenant le ministre  a déposé une plainte auprès du Procureur pour que les responsabilités soient situées. Donc ceux qui ont eu un bail dans de telles conditions, je ne saurais le dire, mais il faut rappeler que nous avons été victimes d’une situation que nous n’avons pas créée. C’est depuis 2010 que le périmètre aéroportuaire a été agressé. Et l’Etat est en train de prendre les responsabilités pour renforcer la sécurité au niveau de l’aéroport et la sûreté».
 

Un prétexte fallacieux rétorquent les propriétaires. « Pour des raisons de sécurité, toute la zone n’est pas survolée par les avions. Nous sommes en parallèle avec la piste.  Si vous faites les délimitations, nous sommes à plus de 500 m».

Ibrahima Mansaly

Mardi 9 Juin 2015 - 12:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter